Articles Tagués ‘Death’

La dernière renaissance coverL’aventure commence en 2003 à Limoges pour Oestre, sous sa première formation. Fermement décidés à faire quelque chose de tant soit peu innovant, ses membres décident de composer en associant l’Indus au Hardcore, en intégrant des styles plus modernes comme le Math-core ou le Djent. Le résultat peu surprendre. De fil en aiguille, le groupe parvient à sortir trois démos et un album, accompagnés de moults dates, plus ou moins en très bonne compagnie (avec entre autres, Gojira), avant de rencontrer quelques problèmes internes et de faire une pause dans sa carrière. La pause s’arrêtera en 2012 qui voit sortir le deuxième album, Catharsis, avant d’enchaîner plus récemment avec leur troisième opus, La Dernière Renaissance, opus que nous allons chroniquer aujourd’hui afin de vous le faire découvrir. (suite…)

Publicités

Azziard – Vésanie (Album)

Publié: 26 juin 2014 par sonsofmetalpat dans Chroniques Albums
Tags:, , ,

Vésanie coverAzziard est originaire de Paris. Il a vu le jour sur cette terre en 2001. Une démo sort en 2005, Eternal Remains, proposant un Black/Death symphonique. L’histoire se poursuit en se radicalisant avec la sortie de leur premier album en 2009 intitulé 1916, sorti chez Obscur’Noise. La musique s’oriente vers le plus extrême. Après quatre années de travail, 2014 voit arriver le deuxième album, Vésanie qui sort chez Mortis Humanae. Le groupe est composé de Siegfried à la basse, de Nesh et Zyule aux guitares, d’A.S.A au chant et d’Arkryon à la batterie. Tout cela sent la guerre et la désolation. Sommes-nous prêts à affronter cette situation ? (suite…)

Friend Of Misery - Agents pathogènesFri3nd of Mis3ry est un groupe français qui a sorti un premier album en 2012 intitulé Memento Finis, ainsi qu’un EP, Arborescence, sorti en 2013. Le combo vient nous présenter ici son deuxième album. Par ces temps qui courent où l’on entend le risque lié à la propagation d’Ebola, voilà que des agents pathogènes supplémentaires nous sont jetés à la face. Serons-nous capables de résister ?

(suite…)

logoLe Headbang Contest, c’est le premier tremplin entièrement dédié au metal, un grand rassemblement de groupes de tous horizons et aux styles variés. Tous sont là en ayant un objectif : gagner la finale et jouer au Motocultor Festival ! Une seule place est disponible et la compétition est rude. Mais avant cela, il faut passer les demi-finales régionales, et c’est à ces sélections parisiennes que nous nous intéressons aujourd’hui.

(suite…)

My Imperium – Amongst The Ruins (EP)

Publié: 28 janvier 2014 par sonsofmetalpat dans Chroniques Albums
Tags:, ,
My Imperium

Genre : Death mélodique © 2013

My Imperium, originaire de Lyon, voit le jour en décembre de l’année 2012 par l’intermédiaire de Nogh (guitare/chant) et de Xav (batterie) avec l’idée de créer un groupe de Death mélodique. Carol (basse) rejoint également le projet. Il ne manque plus alors qu’un quatrième élément : Chris (guitare solo) qui rejoint le groupe en avril 2013. L’osmose musicale est alors trouvée… Il en ressort un premier EP, Amongst the ruins… Fouillons donc au milieu de ces ruines afin de voir ce qu’elles nous cachent…

(suite…)

Blame – Resilience

Publié: 5 août 2013 par Noisyness dans Chroniques Albums
Tags:, ,

ob_7507ed_550190-422050287871539-2133123255-nGenre : Death/Thrash        ©2013

La résilience. Voilà qui tombe bien, il y a fort longtemps que le sujet devait être abordé entre vous et votre humble serviteur. Le premier album de Blame, groupe de Death thrashisant originaire de la Lorraine, servira de bouc-émissaire à des démons enfouis depuis des lustres. Pour être plus clair, le fait de s’être remis du traumatisme provoqué par des Dawn Of Possession (Immolation) et autres Annihilation Of The Wicked (Nile) me pousse aujourd’hui à ne plus apprécier un skeud de Death parce que « ça tabasse » mais plutôt pour sa capacité à se démarquer et, dans la mesure du possible, à innover.

Les cartes sont désormais posées, n’y allons pas par quatre chemins : Resilience est tout sauf un mauvais disque en soi de par sa qualité technique, ce n’est pas le puissant jeu de batterie de Vincent ni même le potentiel de la paire de gratteux à trouver des riffs et des solos accrocheurs – petit coup de cœur pour « Ex-inhibitions » en particulier – qui le démentiront, d’ailleurs sauf erreur de ma part, l’inspiration « Sepultura des années 80 » + ce chant francophone alternant growl et ton plus hardcore devraient en faire saliver plus d’un. Seulement voilà, pour un jeune avide de nouvelles sensations, Resilience fait partie de ces albums qui ne tournent pas plus de cinq fois sur la platine. Pourquoi ? Un accordage standard, une voix plutôt banale (rien à voir avec le charisme dont Jean ne manque pas) et une certaine linéarité qui n’est plus à l’ordre du jour, et c’est un type au lourd passif Death qui vous transmet de tels propos. Même si l’émotion bat son plein grâce à des lyrics de toute beauté (« L’Enfer Verre » et « Triste Cire » en tête) mais aussi lors de passages épiques comme l’instrumental « Résilience », il manque à Résilience la puissance des guitares qu’avait pu apporter l’Esprit du Clan par exemple à sa discographie pour provoquer des frissons.

Malgré un pedigree hautement respectable pour avoir joué aux côtés de Textures ou de Crematory, Blame semble faire partie de ces nombreux groupes qu’on apprécierait davantage sur scène que le fessier enfoncé dans le sofa, une limonade à la main. Rien à voir avec un coup de gueule ou de la mauvaise foi, mais après avoir été récemment bluffé par des formations françaises comme Scarred ou Demented, il m’est impossible de voir les choses autrement. Néanmoins, les efforts fournis pour une autoproduction sont louables (merci à Michal pour ce très bel artwork, d’ailleurs)  et permettront très certainement à nos amis lorrains de ce faire un nom sur le territoire français d’ici quelques années. Vivement le gros son !

Noisyness.