Articles Tagués ‘Benighted’

IMG_0503C’est en cette première journée d’août que nous prenons le départ en direction du sud-ouest pour l’édition 2014 de l’Xtreme Fest, à Albi dans le Tarn. En effet, le festival s’est déjà déroulé l’an passé et avait tant fonctionné que l’organisation a décidé de remettre le couvert. Ce qui n’est pas pour nous déplaire. Au programme du vendredi, nous aurons des formations comme Havok, Gojira, Les Sheriffs… Pour samedi, nous attendent Sons Of Buddha, Red Fang, NOFX et pour clôturer ce festival, l’organisation offre sur un plateau les Stéphanois de Benighted ainsi que les Américains d’Obituary. Nous ne parlerons pas pour l’instant du reste de l’affiche de chaque journée qui promet surprises et déceptions. Mais nous reviendrons sur ce point plus tard. (suite…)

Publicités

AMBIANCE-20140809-013Nous voici donc avec une nouvelle édition de ce Sylak version 2014, la quatrième du nom. Saint-Maurice de Gourdans accueille une nouvelle fois l’évènement, à l’extérieur du village. C’est aussi une des rares occasions où un nombre assez important de membres de vos dévoués serviteurs de Sons of Metal étaient présents. Trois jours de festival, commencé dans la boue et la bonne humeur, poursuivi dans le soleil et la toujours même bonne humeur. De la diversité, de l’énergie à revendre, du festif, de bons sets, quelques très bonnes surprises, deux wall of death et une superbe organisation. Seul petit bémol, Moonspell n’a pu venir. Allez, on vous dit tout. (suite…)

HELLFEST-20140621-024Chaque année, le Hellfest s’impose comme le plus gros festival Metal de France. Le grand rassemblement de cette culture musicale. Et cette année n’y a pas fait exception. Avec plus de 150 000 personnes sur trois jours, le festival de l’enfer se place second festival de France, juste derrière les Vieilles Charrues ! Alors forcément, pour ameuter tout ce petit monde sur le site du festival la logistique n’est pas des plus facile. Il y aura ceux qui préfèrent faire la route entre copains, dans une même voiture, et passer Ultra Vomit à fond aux barrières de péage. Ceux-ci, après avoir un peu tourné dans les petites rues de Clisson si le GPS n’est pas trop mauvais auront rapidement trouvé les parkings mis en place pour les festivaliers. Dès ces parkings, des bénévoles sont là pour s’assurer que tout se passe pour le mieux – et pour optimiser les places de parking. Il faudra ensuite aux joyeux lurons continuer à pied pendant une grosse dizaine de minutes – avec musique pour les plus équipés, avec de la motivation pour les autres – jusqu’à l’entrée du sacrosaint festival. Une petite mise en jambe qui permet de profiter du beau temps en ce début de week-end ! (suite…)

Durant le week-end du 25 au 27 octobre, se tenait en Île-de-France, à Vernouillet le Warm up, organisé par l’association Esprit Rock. Bien entendu, Sons Of Metal, représenté par Eladan et moi-même, ne pouvait pas rater cette occasion. Le festival se tenait comme d’habitude dans un lieu plutôt inhabituel : un gymnase aménagé spécialement pour l’occasion. Parlons un peu de l’antre que nous, les participants, avons envahi durant ce week-end : en premier lieu, du merchandising bien fourni qui permettait de trouver les Eps, albums et tee-shirts des différents groupes présents. Ensuite, la scène avec un éclairage un peu juste mais un son très bien géré. Esprit Rock à comme d’habitude ammené tout le matériel sur place et a séparé la scène du reste du gymnase par de grands rideaux, avec en face le bar. Enfin un petit stand permettait à nos chères têtes chevelues de se restaurer pour pouvoir mieux pogotter ! Le temps fut relativement clément durant les trois jours que durait cet évènement, et heureusement que nous étions couverts.

Premier jour

En ce premier jour de grâce du Warm up, plus précisement le vendredi, c’est à 18 heures que les hostilités devaient commencer. Malgré quelques petits problèmes d’alimentation électrique qui ont plongé la salle et les premiers spectateurs dans le noir. C’est donc quasiment à l’heure que le coup d’envoi du festival fut lancé. Cinq groupes étaient prévus ce soir là, et peu de public semblait se déplacer pour le big bang de cette édition de 2013 qui s’est révélée être sous le signe des zombies.

Still Creep 

_MG_6045Premier groupe des trois jours que durait ce festival, Still Creep nous a offert une setlist de Thrash Metal bien énergique et bourrin quand le public ne comptait que six personnes avec lesquelles votre serviteur a pu prendre ses marques dans les pogos, tentant même circles pits et walls of death, même si le résultat était… un poil mitigé. Le groupe nous a montré des jeux de guitares techniques et un jeu scénique assez développé et une très grande interaction avec le public, comme nous l’a montré le chanteur en sautant dans la fosse, un des guitaristes jouant avec sa guitare derrière la tête, ou des demandes répétées de chanter ou mettre le bordel pour le public qui ne s’est pas fait prier pour y répondre. Le chanteur nous invitera à venir sur scène et demanda nos prénoms, avec des photographes qui ont immortalisé l’instant. Même si le public était peu présent, le groupe ne s’est pas laissé abattre et nous a offert une superbe prestation, tant musicale que scénique. Un seul petit bémol pour ce groupe : un petit problème de basse.

Setlist :

  • The Storm
  • Cries
  • Gone
  • Evil’s (C.P.)
  • Dissolution

Foetur 

_MG_6150Ce début de soirée continue avec Foetur (prononcez Fétur), un groupe de Death Metal (selon la dénomination) mais ressemblant plus à du Thrash Metal. Ils ont apporté une ambiance… glaciale, dans la salle qui s’est subitement refroidie et où les gens ont préféré se retrouver au niveau du bar , pour commencer à boire les premières pintes de la soirée. Nous avons pu constater le peu de cohérence entre les titres et les paroles audibles et aucun lien visible entre les morceaux. Même si le groupe chante en français, les paroles semblent peu audibles et les titres ne nous en apprennent pas tellement plus. On notera les regards interloqués du public à l’annonce de « Soleil Vert ».

Foetur n’a sans doute pas touché le public du Warm Up ce soir là, souffrant sans aucun doute d’une méconnaissance de la part de l’assistance, sur une musique destinée à des initiés.

Setlist :

  • Pour Le Salut
  • Césium 137
  • Les Zombies
  • Tentative
  • Dantzig
  • Les 2 minutes
  • Soleil Vert
  • La Charogne
  • Séquestration

Fractal Gates 

_MG_6181Fractal Gates, troisième groupe de ce bon début de soirée. La dénomination officielle nous présentait du Progressif Melodic Death Metal, mais au diable les étiquettes trop longues. La musique était tranchante et dynamique, permettant à la fosse qui s’est, entre temps, remplie et remise à pogotter. Pour la première fois de la soirée, nous avons pu entendre de manière tout à fait correcte une basse. Nous avons cependant pu remarquer que la voix du chanteur n’avait pas la texture que l’on peut attendre de cette dénomination, même si nous avons pris un très grand plaisir à l’entendre. Leur jeu scénique était relativement peu développé, ce qui est regrettable. Le public aurait peut-être aimé une plus grande proximité avec ce groupe pour communier, malgré les efforts du guitariste et du bassiste.

Setlist :

  • Dissonance
  • Gates To Nebula
  • Reverse Dawn
  • ASC
  • Timeless
  • We Are All Leaders
  • The Eclipse
  • Illusional Dementia
  • Beyond The Self

Pitbulls In The Nursery 

_MG_6264Aucun de nous deux ne connaissaient les Pitbulls In The Nursery (PINTN). Ce fut pour nous deux LA découverte majeure de la soirée. Un nom improbable (pensez que vous mettez des pitbulls dans une nurserie et vous aurez une idée du résultat), une musique pleine d’effets avec des titres qui s’enchaînaient avec cohérence et une ambiance particulière régnant sur scène, avec un chanteur légèrement déphasé (comprendre dans son monde plein de Death technique, selon la dénomination officielle). Une musique bien violente, avec des effets planants, un grunt bien réussit et une basse magique, voici la recette surnaturelle de ce groupe. Un jeu de scène un peu faible et une voix peu audible au milieu des instruments, seront les seuls points négatifs que l’on peut reprocher à ce groupe que nous souhaiterions écouter sur cd, pour mieux entendre la voix du chanteur.

Il était temps pour nous de manger, durant les balances du groupe suivant et nous nous rendîmes donc au stand de restauration qui proposait à des prix très raisonnables des menus à base de frites et des cannettes de soda et de bière.

Zuul FX :

_MG_6371Le groupe de la soirée que tout le monde attendait, car cela nous promettait un gros show avec un public bien plus présent. C’est avec un nouveau line-up que Zuul FX s’est présenté : un nouveau batteur (Arnaud Verrier) et un nouveau bassiste (Ben Miranda). Ce qui frappe en premier lieu sur scène est la stature imposante de Zuul, mais aussi l’implication sans faille des musiciens, comme le bassiste avec des cheveux verts, ou Quentin l’un des guitariste, faisant du headbang tout au long du set. Zuul (chanteur) a présenté ses nouveaux membres en nous assurant qu’ils avaient dix-huit ans et lui de même (nous le soupçonnons tout de même d’avoir omis quelques années). Le groupe fut sollicité à de nombreuses reprises pour interpréter leur chanson « Zombie Followers » et, lorsqu’elle nous a été introduite, Zuul nous a demandé si le clip nous avait plu. Le rugissement d’approbation apocalyptique qui lui est parvenu a paru le rendre heureux. Lors de leur dernière chanson, le groupe s’est reprit à trois reprises pour finir sa chanson car le public, chauffé à blanc, en voulait encore mais malheureusement toutes les bonnes choses ont une fin, et c’est donc sur Zuul FX que s’est achevée cette première journée de festival.

http://www.youtube.com/watch?v=thWoWQ8uYjo

Setlist :

  • Here Is Pure Hatred
  • Beat The Crap Out
  • Under The Mask
  • In The Light Of Darkness
  • I Never Forget
  • The Torture Never Stop
  • Battlefield
  • Zombie Followers
  • Behind The Light
  • The Maze
  • I 8 U

Cette première journée s’achève avec des sentiments un peu mitigé. Nous sommes partagés entre l’émerveillement des groupes et la déception du manque de public pour cause de vendredi soir.

Deuxième jour

Fidèles au poste, vos deux serviteurs ont repris du service en ce deuxième jour de festivités, pour vous narrer les aventures des groupes qui nous ont proposés de très bon concerts en ce samedi. Démarrant dès 15 heures, pour le plus grand bonheur du public (peu présent), lui aussi au rendez-vous et prêt à se donner à fond pour montrer quel accueil réservent les fans aux différents groupes.

Barrakuda 

_MG_6447Le premier groupe de cette journée était, mes chers lecteurs, un groupe de Hard Rock. Eladan et moi-même étions un peu inquiets mais, dès que les premières notes raisonnèrent, nous comprenions que ce groupe ne jouait pas de la musique : il la vivait sur scène. Il me paraît évident que vous voulez connaître le nom de ce groupe merveilleux : ils font parti de l’Agence Tous Risques, les… Ba-rra-ku-da ! avec un « k », s’il vous plaît, comme nous l’a martelé le chanteur. Commençons par décrire l’ambiance régnant dans l’arène : la folie. C’est bien simple, le public et nous-même avons passé notre temps à headbanguer, à pogotter… Le chanteur s’est d’ailleurs empressé de sauter de scène pour nous rejoindre dans la fosse. Les guitaristes et le bassiste avaient aussi le sens de la mise en scène, se prêtant volontiers aux shooting des photographes. Musicalement, Barrakuda nous à montré que le Hard Rock peut être chanté d’une excellente manière en français, avec des moments musicaux ultra-rapides et au contraire, le groupe a su nous faire danser sur un slow comme seuls savent les faire les Hard Rockeurs. Des chansons titrées et faciles à retenir comme « Plus rien à perdre », avec une musique entraînante, une batterie omniprésente très bien accompagnée par des riffs tranchants d’une bonne guitare à l’ancienne. Leur set a dû cependant être écourté, en raison des horaires qu’Esprit Rock doit tenir.

Unscarred 

_MG_6613Continuons cette journée avec Unscarred, un groupe de Thrash Metal avec une chanteuse qui nous propose des performances vocales incroyables, du groove puissant mais parfaitement articulé. Elle est soutenue par des musiciens occupant bien l’espace scénique et musical avec un batteur survolté, des guitares envoyant des riffs tranchants et une basse bien dosée. Le public (soit les quelques personnes présentes dans la salle) auront par contre mis le feu, répondant aux appels de la chanteuse lors des demandes de pogos, circles pits et même un timide wall of death. Ce groupe créa la surprise, en annonçant que des cassettes collector serait vendues dédicacées par le groupe, dés la fin du concert. Eladan, très intéressé, n’a pu y résister et est désormais propriétaire d’une des dix cassettes mises en vente ce jour-là. Le groupe nous a présenté brièvement son clip sorti cet été et je vous recommande chaudement d’aller le voir, mes chères têtes chevelues.

http://www.youtube.com/watch?v=ChdWpjQQffc

Setlist :

  • 100 Lashes
  • Tsar
  • Reborn
  • Meet Your Fate
  • Fake Democracy
  • Phobia

Nightcreepers 

_MG_6657Nightcreepers, très bon groupe de folk habituellement, devait être dans un jour moins favorable ou bien, le public n’a pas accroché à la musique qui nous était proposée. Le groupe est cependant venu grimé en guerriers nordiques, prêt à laisser la vague déferler sur nous, pauvre public. Comme d’habitude, les musiques proposées invitent au mouvement avec l’accordéoniste, les guitaristes, le bassiste, la claviériste et bien sûr, le batteur. Ensemble, ils ont su montrer leurs talents avec des riffs de guitares puissants, une voix totalement dans le timbre folk et une batterie complètement déchaînée ce soir-là. Seul point noir : nous avions l’impression qu’ils n’arrivaient pas à entrer dans l’ambiance. Même s’il reste toujours un plaisir à écouter de la bonne musique, il est triste de passer à coté d’un concert de folk réussit à cause de l’absence de cette petite étincelle de bourrinage viking.

Slave Machine 

_MG_6676Il est maintenant l’heure de Slave Machine. Le groupe nous a proposé un jeu de scène développé, comme nous l’a montré le bassiste mais aussi son refus de chanter lorsque le chanteur essaya. Musicalement, le groupe envoyait une musique bien agressive comportant tout de même des passages plus calmes. Cela nous a permit de constater que le groupe joue des riffs violents et de bon samples, bien que nous ne les entendions pas assez. Côté public, le début fut difficile mais la musique étant entraînante, la fosse a headbangué jusqu’à la fin du set.

Setlist :

  • Relevant
  • The Other Way
  • Will You
  • Antrophobia
  • Just Like Me
  • Trouble

The Milton Incident 

_MG_6745C’est au tour de The Milton Incident de monter sur scène. Après la courte intro de « Deus Ex Machina », composée de sons assez sombres et de guitares en son clairs, c’est un son néo-core qui sort des enceintes et vient nous retourner le cerveau ! Entre voix claire bien maîtrisée et cris cores, Sam mène la danse au chant en occupant efficacement tout l’espace de la scène. On sent tout de suite que le groupe est habitué à la scène et a une bonne expérience de l’occupation des planches. Les musiciens bougent, sautent, accompagnent leur musique, note à note. Visuellement, c’est un vrai régal. Et si nos yeux sont ravis, nos oreilles n’en sont pas jalouses pour autant. En effet, The Milton Incident à mis dans sa musique tout les ingrédients pour passer un très bon moment : de la violence, du calme, de la douceur, de l’énergie, et du cœur !

Un groupe à ne manquer sous aucun prétexte, auquel nous décernerons une mention spéciale pour leur morceaux « Dopamine » et « Memento », dont la capacité à envoûter le public n’est plus à démontrer !

Setlist :

  • Deus ex Machina
  • Deadset
  • Dopamine
  • Torn Down
  • Split Second
  • Conspiracy
  • Memento
  • Pyromaniac

Heart Attack 

_MG_6799La soirée est déjà bien avancée lorsque résonnent les premières notes de Heart Attack. Ce groupe a apporté une certaine folie et était un poil énervé comme nous l’a montré le batteur sur ses fûts. La fosse, encore chauffée par The Milton Incident, a démarrée immédiatement grâce à des passages extrêmement lourds musicalement mais comme de nombreux groupes ce soir, nous avons entendu des passages mélodiques bien construits. Les musiciens occupèrent tout l’espace scénique, avec tout particulièrement une bassiste qui maniait très bien son manche.

Les chansons, prises sur un mid-tempo assez efficace, n’auront pas manqué de faire mouche comme l’a prouvé dès le début du set « Face The Music », en instaurant ce rythme particulier de headbang et de pogos ! Si le chant n’est pas toujours des plus audible, il nous révèle la partie la plus bestiale de notre arme et nous prépare à un déchaînement de violence pendant les solos de guitare. Est-il besoin de préciser que ce groupe rentre lui aussi dans la catégorie des tueries ?

Setlist :

  • Face The Music
  • Stop Pretending
  • Lazarus
  • Trash Your Neightbourgasse
  • Sweet Hunting
  • 1902
  • Black Box

Northland 

_MG_6871Venus tout droit de Barcelone rien que pour participer au Warm Up, voici venu un groupe de Pagan. J’ai nommé : Northland. Ce groupe reprend énormément de riffs connus, mais est vraiment taillé pour le live, permettant au public de sentir son corps bouger sans que le cerveau n’y pense et le public de cette soirée n’y a pas fait exception. Cependant, l’heure n’était plus aux pogos mais à la guigue irlandaise et aux headbangs. La musique portait sur les tons épiques du royaume nordique, avec des sonorités rappelant d’une manière persistante Alestorm mais avec des sonorités Death qui viendront ajouter une ambiance légèrement plus ténébreuse dans la salle. Le groupe est composé de six musiciens, dont un violoniste parfaitement audible et battant la mesure, réussissant à nous emporter dans les contrées sauvages évoquées.

Banane Metalik

_MG_7024LE groupe attendu de la soirée, avec un nombre de fans extrêmement grand. Banane Metalik, un groupe de gore’n’roll, est à lui seul un phénomène à voir avec ses décors squelettiques, ses membres déguisés et sa contrebasse décorée d’un buste de jeune fille. Il est intéressant de noter que la sueur ne détruisait pas leur déguisement mais au contraire le rendait légèrement plus effrayant. La salle était pleine d’effervescence et assez bien remplie. Le groupe, non satisfait d’avoir un jeu de scène exceptionnel, sait aussi développer un jeu avec son public puisqu’ils ont permit au public de monter sur scène alors que le chanteur passait plus de temps dans la fosse. Cette occupation de la scène n’a pas satisfait tout le monde, puisque un grand nombre de membres d’Esprit-Rock a dû venir se mettre en barrage devant la batterie pour empêcher que les câbles soient débranchés.

Setlist :

  • Gorefather
  • Etat Sauvage
  • Immaculée Erection
  • Enfants des Ténèbres
  • Opus 666
  • Maniac
  • Pussycat
  • Ride In Peace
  • Strip Or Die
  • 666%
  • Nice To Meat You
  • Viva
  • Marche
  • Rock’N’Shoot
  • Vade Retro
  • Zombie

Ainsi se conclut cette deuxième journée pleine d’excellents groupes pourvus de gros sons et de musiques endiablées pour nous faire bouger et passer une très très bonne soirée.

Troisième jour 

Nous sommes donc arrivés au dernier jour de ce Warm Up. Les groupes que nous allons vous présenter ont attiré le plus de public pendant ces trois jours que duraient les festivités.

Pervert Asshole 

_MG_7107Pervert Asshole, premier groupe de la journée, nous a proposé un show déjanté avec comme indication pour la setlist, le volume de whisky restant dans la bouteille. Vous aurez donc très certainement compris que lorsque la bouteille est vide, le show s’arrête. Le groupe aborde sans prendre de gants les sujets du porno, de la mort et plus généralement tout ce qui a un rapport avec l’anus. Il convient de noter la présence sur scène du corps décapité de la bien-aimée du chanteur qui nous l’a présenté. Le public bouillant n’a pas eu beaucoup d’efforts à accomplir pour obtenir la nudité du chanteur qui lui a aussi offert une petite distribution d’alcool. Le groupe a besoin d’une interaction avec le public car il est taillé pour la scène. Musicalement, le groupe mérite bien son étiquette d’Horror Metal avec une voix groovy, une batterie extrêmement bien utilisée, des guitaristes de talents avec des riffs superbes et une bassiste dans le rythme.

Setlist :

  • Intro
  • Nice to Meat You
  • My Dog’s Pussy
  • Living Dead Slut
  • Born To Porn
  • Blues
  • Perv’s Are Back In Town
  • I Cum Whiskey

My Mental Health Degrade 

_MG_7214Il est maintenant l’heure de My Mental Health Degrade (MMHD), un groupe qui nous a joué du Hardcore mélodique, le tout avec une décontraction efficace. La première chose qui nous a frappé, fut le changement d’un des guitaristes. Le groupe a dû faire appel à un deuxième chanteur en tant que guest, mais ce qui m’a étonné fut l’absence des chants clairs que l’on pouvait entendre sur leur EP. Mais si ces changements ont dérouté les habitués de MMHD, il n’en est rien pour les néophytes. Le groupe a conquit le public avec des chansons tranchantes et énergiques, telles que « Our Lies Die » ou « Invincible ». Le public en a profité pour pogotter et même faire un circle pit. Encore une fois, nous pouvons assurer que MMDH reste une grosse tuerie. Il est donc conseillé d’aller les voir pour profiter pleinement de l’expérience et venir faire un peu de sport dans les pogos et circle pits !

Lokurah 

_MG_7285C’est au tour de Lokurah d’entrer en scène et de nous proposer un show d’une heure en leur compagnie. Ils nous ont envoyé leur Thrash Metal émaillé de quelques légers soucis sonores, cela déstabilisant légèrement le public mais celui-ci a réagi dès que le son est revenu à la normale et a commencé à se déchaîner, montrant à quel point Lokurah est un groupe pouvant faire bouger des foules. Les demandes du chanteur concernant les pogos et autres activités à pratiquer en concert ont été exécutées sans répétitions, avec une très grosse majorité de headbangs. Du côté musical, le groupe envoie du Thrash Metal avec des accents de Hardcore et de Metalcore.

Setlist :

  • From 10pm To 1am
  • The Time To Do Better
  • My Own Death
  • An Ordinary Psychopath
  • Salvation
  • Beyond The Pain
  • Rewriters Of Truth
  • Irradiated
  • Cadaver 9
  • Bleed
  • When The End Come

Strike Back 

_MG_7361Avec Strike Back, on reste dans le Hardcore de qualité : rythmique entraînantes  batterie bourrinée comme il faut, chant agressif à la limite entre le Core et le Néo-Metal. Bref, nous ignorons contre qui ils en ont, mais les Strike Back se vengent avec une musique énergique et agréable à l’oreille.

Le groupe entre directement dans le vif du sujet avec le morceau « Fucked Up Word ». Des guitares incisives avec des riffs entraînants, une bonne grosse basse et une voix légèrement rocailleuse. Il y a de quoi plaire et le public à l’air d’accrocher à ce son à vous décrocher la tête du tronc !

Sur scène, ça bouge bien mais visuellement, le groupe pèche par son non-unité vestimentaire, notamment le bassiste qui n’a pas vraiment l’air d’un métaleux, par son look et ses dires. Mais c’est un point qui se fait bien vite oublier par des morceaux de qualité et une superbe reprise de « Davidian » du groupe Machine Head !

Setlist :

  • Intro
  • Fucked Up Word
  • Times
  • Soldier
  • Breacking The Chains
  • Davidian (Machine Head Cover)
  • Crashing Down
  • Don’t Give a Shit
  • In Discont Fent
  • Upside Down
  • Self Respect

Sublime Cadaveric Decomposition 

_MG_7403Amateurs de musiques extrêmes, ce passage vous est dédié ! Et oui, Sublime Cadaveric Decomposition, c’est des riffs lancés à pleine vitesse avec le plus de choses possibles pour accompagner des voix de gorge profonde et bien maîtrisées !

Le tout donne une musique super énergique et un brin bordélique qui ferait se frotter les mains un journaliste de M6, faisant un reportage sur les dangers de la scarification des satanistes déviants. Mais si Sublime Cadaveric Decomposition offre une musique un poil extrême par rapport aux standard métaleux actuels, sur scène ça claque. On sent que le set est rodé et que le groupe est bien assuré sur les planches.

En résumé, si vous ne voulez pas vous casser la tête et vous casser plein d’autres choses dans des pogos endiablés, n’hésitez pas à aller les voir !

Benighted 

_MG_7432Voici l’heure d’un groupe de Brutal Deathcore, j’ai nommé Benighted. Ce groupe envoie une musique très rapide permettant des headbangs. De plus, le chanteur a une voix qui se marie bien avec le son des instruments. Les guitaristes nous envoyèrent des riffs violents, le chanteur des grooves finissants plus aigus, une batterie omniprésente et un bassiste sublimant l’ensemble. Cette musique a donc fait plaisir au public, n’hésitant pas à passer des pogos au mosh pit pour montrer toute la violence et l’énergie qu’a apporté le groupe sur cette scène du Warm Up.

Napalm Death 

_MG_7480Voici l’heure du dernier groupe, celui qui était attendu comme le messie, la tête d’affiche de tout le Warm Up. Il était temps pour nous d’accueillir le groupe de Grindcore venu d’Outre-Manche : Napalm Death. Les chansons, pleines de textes engagés, de violence et d’énergie permirent à la fosse de laisser l’énergie restante entre les mains de ce groupe mythique. Le groupe s’est déchaîné sur scène, montrant l’implication des musiciens envers leur public. Le public a aussi montré ce que sont les fans de la scène Metal française, en pogottant et en formant des lignes de headbangs. La voix du guitariste, plus claire que celle du chanteur, permettant des sonorités vocales variées, couplées à des performances du batteur et du bassiste tout bonnement impressionnantes, ont réjoui les fans présents.

Ainsi s’achève ce Warm Up et ces trois jours qui ont réjouis des centaines de fans. Esprit Rock nous montre une volonté implacable : peu importe le manque de public ou les (très) petits soucis techniques, les bénévoles font un travail irréprochable pour nous offrir le meilleur du Metal.

DiamondExplosion