6:33 & Arno Strobl – The Stench From The Swelling (A True Story) (Album)

Publié: 4 août 2014 par F4R537KTP09 dans Chroniques Albums
Tags:, ,

633 & Arno Strobl coverPour les débuts du groupe, je vous invite à aller visiter notre précédente chronique par ici. Vous en saurez ainsi un peu plus. Pour ce qui concerne la présente chronique, disons que 6:33 a eu la chance de rencontrer antérieurement, en plus de bien s’entendre avec, Arno Strobl. Vous pouvez d’ailleurs retrouver une interview de Dietrisch et Arno par ici. Si vous faites partie de ceux qui ne savent pas qui il est, disons qu’à la base, il est plus connu comme le chanteur de Carnival In Coal, qui devient CinC, actuellement. Ensemble, ils décident donc de parcourir un bout de chemin et se lancent dans un projet qui marquera leurs histoires respectives et nos oreilles, par la même occasion.

<br/>

Genre : Metal, Dance, Funk, Death, Hardcore, Symphonique, B.O. Opera-Rock - Date de sortie : 26 avril 2013

Genre : Metal, Dance, Funk, Death, Hardcore, Symphonique, B.O. Opera-Rock – Date de sortie : 26 avril 2013

C’est en mai 2012 que sort Giggles, Garlands and Gallows, un « EP » qui serait plutôt une sorte d’album constitué de trois titres (dont deux titres qui totalisent déjà vingt minutes et le légendaire I Like It qui dure environ quatre minutes). Il fut mis en ligne en téléchargement gratuit sur Bandcamp. Le succès rencontré dépassa toute espérance. Le groupe tourna énormément en 2012, notamment sur des premières parties de Devin Townsend et décida d’enregistrer quelques titres supplémentaires pour en faire un album. L’artwork, pour commencer, est plutôt beau et intéressant. Une belle photo représentant une femme assise en croisant les jambes sur un siège recouvert d’un drap blanc. Nous pouvons également admirer un plancher en boiseries sympathique. Notons que la demoiselle tient dans sa main gauche un crâne d’animal cornu, difficile à définir. La robe rouge contraste avec toutes ces couleurs plutôt claires et quelconques. Cela nous donne une impression de mystère. Pourquoi ce siège recouvert d’un drap blanc évoquant une maison laissée à l’abandon ? Pourquoi le crâne ? Et d’ailleurs, pourquoi ne voit-on que le bas de cette demoiselle dédaigneuse ? Autant de questions qui, en plus de cela, trouveront une réponse à l’écoute.

Car oui, l’écoute nous apprend beaucoup de choses et surtout que le travail musical est plus que correctement lié à l’image d’illustration du disque. Parlons d’abord du son. L’enregistrement est d’une haute qualité. Aucun défaut notable ne nous surprend, tant dans l’enregistrement que dans le mixage ou le mastering. Chacun est à sa place, chaque instrument apporte sa couleur et mis en avant quand cela est nécessaire. La voix n’est jamais noyée ni mise excessivement en avant. Premier sans-faute. En ce qui concerne les compositions, disons simplement que si sur Orphan Of Good Manners, nous étions surpris parce que cela partait dans tous les sens avec une logique sous-jacente particulière, ici, nous serons tout aussi surpris pour des raisons similaires. La musique part souvent en des lieux inattendus, surprenants et revient là où nous l’avions oubliée. Pour une description objective, un morceau peut contenir des éléments Pop, Metal, Dance-hall, Funk, Symphonique, etc… Nous avons littéralement de tout sur ce disque mais jamais en allant dans le mauvais goût, même si cela peut parfois friser le kitsch. Les parties s’enchaînent sans jamais paraître dérisoires ou, encore moins, aléatoires. Un riff bien gras succèdera à une partie pop-dance. Une partie évoquant de la musique de film un peu effrayant succèdera aussi à une rythmique funky. Rien n’est plus surprenant ici, car nous sommes toujours pris au dépourvu, traînés au sol derrière une carriole tirée par des chevaux furieux, pour nous retrouver déposés seuls dans le froid glacé du sommet d’une montagne. Avant de redescendre en roller-coaster grande vitesse. Il sera une nouvelle fois impossible d’évoquer ce groupe sans parler de ses sources d’inspirations, intégrées et digérées comme il faut pour donner du neuf qui s’en sort et avance vers autre chose. Citons ainsi Mr Bungle (et oui, encore) pour le côté barré, Carnival In Coal pour les alternances contre-nature, Devin Townsend pour le côté opéra-rock, Danny Elfman et Ennio Morricone pour le côté musique de film. Ajoutons à cela une reprise des The Supermen Lovers incluse dans l’album, avec Starlight, pour voir jusqu’où vont les influences. La voix particulière d’Arno apporte un réel plus au disque. Rorschach accepte de prendre un rôle secondaire ici, mais le fait aussi très bien.

Que dire de plus ici ? S vous ne vous êtes pas encore rués sur ce disque d’anthologie, vous devriez le faire. Que vous soyez à la recherche de n’importe quel style de Metal, il y aura forcément une partie de ce projet alliant 6:33 et Arno Strobl qui vous conviendra. La vraie différence entre ce disque et le précédent opus du groupe, réside certainement dans une maturité accrue au niveau des compositions. Le petit plus d’Arno au chant n’étant pas non plus négligeable. Un côté définitivement plus accrocheur qui pourra attirer un public qui ne se connaissait pas d’affinités pour eux, auparavant. Dans tous les cas, vous avez ici un disque d’une rare qualité musicale, plein d’inventivité et de raffinement. Aucun regret à avoir, mais que du plaisir en perspective. Ceci étant dit, si vous êtes un amateur exclusif de Brutal Death ou de Black Metal, vous serez peut-être quand même un peu déçus, le tempo restant la plupart du temps raisonnable et la batterie ne passant pas son temps à blaster. Jetez-y quand même une oreille en passant, vous pourriez découvrir que ce n’est pas si mal que vous le pensiez.

F4R537KTP09

Line-up :

  • Rorschach : chant
  • Arno : chant
  • Dietrisch : claviers et machines
  • # : machines et claviers
  • Niko : guitares
  • A.D. : basse

Tracklist :

1. (I Should Have Known) Her Name Was Boogie

2. Burn-In

3. I Like It

4. The Stench From The Swelling

5. Starlight

6. Order Of The Red Nose

7. M.I.D.G.E.T.S.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s