HELLFEST-20140621-024Chaque année, le Hellfest s’impose comme le plus gros festival Metal de France. Le grand rassemblement de cette culture musicale. Et cette année n’y a pas fait exception. Avec plus de 150 000 personnes sur trois jours, le festival de l’enfer se place second festival de France, juste derrière les Vieilles Charrues ! Alors forcément, pour ameuter tout ce petit monde sur le site du festival la logistique n’est pas des plus facile. Il y aura ceux qui préfèrent faire la route entre copains, dans une même voiture, et passer Ultra Vomit à fond aux barrières de péage. Ceux-ci, après avoir un peu tourné dans les petites rues de Clisson si le GPS n’est pas trop mauvais auront rapidement trouvé les parkings mis en place pour les festivaliers. Dès ces parkings, des bénévoles sont là pour s’assurer que tout se passe pour le mieux – et pour optimiser les places de parking. Il faudra ensuite aux joyeux lurons continuer à pied pendant une grosse dizaine de minutes – avec musique pour les plus équipés, avec de la motivation pour les autres – jusqu’à l’entrée du sacrosaint festival. Une petite mise en jambe qui permet de profiter du beau temps en ce début de week-end !

Accès direct : Vendredi 20Samedi 21Dimanche 22

Jeudi 19 juin 2014 – Arrivée et premières impressions

Le Hell City Square

Le Hell City Square

Les autres festivaliers, eux, auront préféré les transports en commun. Et si certains ont eu de la chance avec des bus à l’heure les menant à l’entrée du festival, d’autres auront dû faire face aux foudres de la SNCF. Même si la circulation des trains entre Paris et Nantes n’était pas totalement coupée, les cheminots ne se sont pas montrés particulièrement cléments avec les festivaliers et certains ont dû s’armer de patience avant de pouvoir arriver à destination. Mais au final, plus longue est la route jusqu’en enfer, meilleur est le festival, non ?

Une fois parvenus sur le parking du festival (un champ éloigné de l’enceinte du festival), nous déchargeons en grande partie le nécessaire, afin de nous rendre sur le site du festival et le camping qui se trouvent approximativement à deux kilomètres de là, encore frais et plein d’entrain, l’enthousiasme et l’excitation de rejoindre cet évènement tant vanté et attendu nous poussant. La route passe au travers des vignobles du muscadet local. Les vignes semblent encore jeunes par ici. Après le champ, le sol caillouteux, la terre sèche et finalement la route que nous rejoignons finalement en enjambant un fossé et une rambarde, nous apercevons déjà des chapiteaux impressionnants au loin, signalant le lieu des festivités. Nous arrivons finalement au rond-point sur lequel se trouve une sculpture de guitare géante avec le H spécifique du festival du coin – celui auquel nous arrivons. À noter que sur le verso de cette guitare, nous pouvons lire un hommage au regretté Bon Scott (AC/DC), disparu en février 1980. L’arche en structure métallique qui nous accueille est déjà impressionnante par sa taille, autant que par le monde qui semble circuler dessous en permanence. Nous avançons assez facilement et n’avons aucune difficulté à faire valider notre entrée : l’après-midi est déjà bien avancé. Nous apprenons par la suite que tout ceux qui sont arrivés le matin durent attendre l’ouverture des portes, aux alentours de 14h30.

Les désoiffeurs, meilleurs amis des festivaliers.

Les désoiffeurs, meilleurs amis des festivaliers.

Traversée du Hell City Square qui semble tout neuf, puis une sorte de « pyramide » à grimper puis redescendre pour arriver au Metal Corner qui mène encore un peu plus loin à des hectares de camping. Nous constatons qu’il y a dores et déjà une densité de tentes assez conséquente, mais trouvons assez facilement de la place pour poser notre campement. Et nous pouvons nous dire à ce moment là que le festival commence. Les beuglantes tournantes fusent toutes les cinq minutes, nous croisons quelques personnes qui se sont déguisées ou grimées, quelques autres déjà ivres ou en cours d’apéro. Le mot « Apéro » étant a priori un leitmotiv du festival. Nous entendrons aussi beaucoup de « Merci qui ?! » à quoi il faut répondre « Merci Jacquie et Michel !!! ». Si vous ne savez pas de quoi nous parlons, une rapide recherche sur le net vous en apprendra sûrement beaucoup.

L’ambiance sur le site que ce soit le camping, le Metal Corner ou le Metal Market, est déjà folle. C’est le début des vacances, de la fête et des hostilités pour tout le monde. Enfin dans un lieu où le Metal n’est pas mis au ban, où voir des combats de caddy est logique et où entendre beugler toute la nuit ne suscite pas d’hostilité. Il n’est pas étonnant de constater que nous, comme beaucoup de nouveaux arrivants, puissions enfin dire : « Enfin à la maison ! ». Car nous nous sentons effectivement tout à fait à l’aise ici, au sein comme d’une famille, ou à défaut d’une communauté soudée.

Avant d’entamer la nuit, nous décidons d’aller faire quelques courses au Leclerc local. Une foule se presse à l’entrée. Les portes semblent closes. Deux camions de pompier déjà présents en face nous indiquent qu’un problème est survenu et qu’une personne doit vraisemblablement vivre une situation pénible. Ce qui est confirmé par l’arrivée en plus d’une ambulance, du SAMU. Un comportement un peu infantile apparaît alors avec une horde de festivaliers impatients et surexcités qui se mettent à hurler : « Libérez l’apéro ! » tous en chœur. Ce serait beaucoup plus drôle si nous ne réalisions pas que quelqu’un est peut-être en train d’y passer en entendant ceci.

Entrée de l'espace Presse/VIP

Entrée de l’espace Presse/VIP

Ceci dit, après un certain temps, nous parvenons à entrer dans le petit supermarché qui s’est organisé afin de gérer tout ce petit monde, avec donc une file à l’entrée du magasin, plus les files en caisse, le tout régulé par le nombre de sorties à l’autre bout. C’est certes assez long mais au final, il y a de l’organisation étant donné la taille du magasin et sachant que toutes les caisses étaient ouvertes, il serait difficile de faire mieux. Est-il utile de préciser quels étaient les rayons les plus prisés ?

HELLFEST-20140621-034Après quelques vagabondages sur les parties ouvertes du site (excluant donc la partie scénique), nous nous posons donc sur le camping pour un dîner sommaire et prendre encore un peu d’ambiance dans les oreilles. Le phénomène le plus intéressant étant la « beuglante tournante » si nous pouvons dire. Si vous n’étiez pas là mais que vous connaissez les « ola » dans les stades ou les grandes salles de concert, imaginez-vous le même phénomène mais réparti sur la surface intégrale des divers campings, soit dix hectares ! Parfois la beuglante collective pouvait faire plusieurs tours. Il faut vraiment le vivre pour comprendre la folie de ce type de phénomène. Rien que pour cela, le camping valait la peine.

Bien entendu, pour ceux qui auraient voulu dormir paisiblement, il ne fallait pas s’imaginer qu’on pouvait installer sa tente en plein milieu et somnoler sans dérangement. Cependant, il existait certaines portions plus éloignées du site du camping ou le calme relatif permettait de se reposer un peu plus complètement. Autant dire que pour ceux qui veulent la paix, il faut absolument éviter de se placer à proximité du Metal Corner, car plus on s’en approche, plus les campeurs sont « bruyants ». Ou alors vous avez des protections auditives importantes et vous parviendrez à dormir malgré tout.

Devant les Mainstages, les hostilités vont commencer.

Devant les Mainstages, les hostilités vont commencer.

Accès direct : Vendredi 20Samedi 21Dimanche 22

Page suivante >>

Publicités

Pages : 1 2 3 4

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s