Napalm Death + Hammercult + Deathawaits, le 15 avril 2014 au CCO (Villeurbanne)

Publié: 5 mai 2014 par metalkouni dans Lives Reports
Tags:, , , , , ,

napalm death (2)Après quelques mois d’attente, nous voici enfin à ce mardi 15 avril 2014. Pour cette soirée, Dream Factory propose une affiche du tonnerre. En effet, aujourd’hui dans la salle villeurbannaise du CCO, le Grindcore des Britanniques de Napalm Death va prendre d’assaut la scène. Ils seront accompagnés par les Israéliens de Hammercult qui les suivent sur leur tournée et pour ouvrir cette superbe affiche, quoi de mieux que les Lyonnais de Deathawaits ?

<br/>
Deathawaits

deathawaits (1)Après quelques minutes d’attente, les lumières s’éteignent et le groupe lyonnais Deathawaits débute son set ravageur. La technique de la formation est très intéressante et permet réellement d’entrer de plein fouet dans la soirée. Cependant, on ne sent pas le public totalement engagé dans le combat, même si des poches de résistances font face pour s’échauffer avant le plat principal et le dessert. En effet, cette mise en bouche proposée par Dream Factory est un hors-d’œuvre de qualité. La puissance des guitares de Damien et Jordan est d’une efficacité magistrale pour ouvrir l’appétit. Cela fonctionne à merveille puisque les têtes commencent à headbanguer tranquillement sur les rythmes de Fred à la batterie. Les Lyonnais sont tout simplement extravagants et remplissent leur rôle d’ouvreur de très belle manière, grâce un style musical tonique et énergique permettant d’assouvir la faim des spectateurs présents. Quand Deathawaits quitte la scène, c’est avec plaisir que nous nous apprêtons à recevoir le plat principal de la soirée.

deathawaits (6) deathawaits (5)

deathawaits (3) deathawaits (4)

Setlist Deathawaits :

  • Intro
  • Abominable
  • All Confused
  • Forgot
  • Only Good Forgives
  • Intro Life
  • Life Is Too Short
  • Deathawaits
  • Mass Murderer
  • Violent Peace

Hammercult

hammercult (2)Les personnes présentes l’an dernier à Bourg-en-Bresse se rappelleront sûrement de la prestation exceptionnelle de Hammercult. Le public est donc impatient de voir arriver les Israéliens sur le plateau du CCO. Quand les lumières s’éteignent pour la deuxième fois de la soirée, ce sont des spectateurs scotchés à la scène qui accueillent avec joie Hammercult. D’emblée, Yakir Shochat (chant) déballe toute la puissance de sa voix et affiche un sourire démontrant le bonheur qu’il doit ressentir de jouer à nouveau devant le public français. En effet, tout comme on préparerait une bonne sauce béchamel, l’osmose entre le public et le quintet israélien se ressent à tel point que cela donne l’impression d’avoir été touché par les divinités. Chaque titre que propose Hammercult résonne comme un feu d’artifice dans un ciel sans aucune étoile. L’instant est chargé en émotion et on touche du doigt la magie de la musique. D’ailleurs, les mélodies des guitaristes Arie Aranovich et Guy Ben David démontrent toute la panoplie technique des Israéliens, grâce à un Thrash Metal  pétillant comme une bouchée de saumon qui exploserait dans le palais. C’est sous une pluie d’applaudissements des spectateurs pleinement acquis à la cause de Hammercult que la formation israélienne quitte la scène, avant l’entrée des Anglais de Napalm Death.

hammercult (1) hammercult (4)

hammercult (6) hammercult (7)

Setlist Hammercult :

  • Steelcrusher
  • Diabolic Overkill
  • Into Hell
  • Let The Angels Burn
  • We Are Hammercult
  • Metal Rules Tonight
  • Burning The Road
  • Black Horseman
  • In The Name Of The Fallen
  • Stealer Of Souls

Napalm Death

napalm death (2)Quelques minutes plus tard, voici le moment tant attendu de la soirée : les Britanniques de Napalm Death. Les spectateurs n’étant pas encore rassasiés auront tout le plaisir de se repaître d’une musique violente et agressive pour leur dessert. En effet, les Britanniques ne font pas la dentelle car ils peuvent être tout gentils en dehors de la scène mais une fois face au public, toute la rage de vaincre ressort et transcende le quartet. Les titres défilent à une vitesse incroyable mais ce qui est le plus époustouflant est de voir la rapidité de jeu dont fait preuve le groupe. Cela se ressent à travers les frappes de Dany Herrera (batterie) qui ferait passer le TGV pour un vulgaire train de pacotille, tant les coups portés s’enchainent à cinq cents kilomètres par heure. Mais ce qui laisse pantois est l’énergie de Mark « Barney » Greenway au chant qui mène la barque avec un dynamisme tel que l’on pourrait penser à Bip Bip, tant le bonhomme ne s’arrête jamais et entraine avec lui un public en extase. En effet, les spectateurs s’étant déplacer au CCO ce soir ne lâchent rien et en veulent toujours plus. Cela se démontre par la bataille qui fait rage au milieu de la salle de par les pogos ou les circles pit qui se dessinent au fil des minutes. Alors quand arrivent les titres Life ?, Deceiver, The Kill, c’est avec stupeur que j’assiste aux titres les plus courts de la musique puisqu’en moyenne les trois chansons au total dureront trois minutes maximum. Heureusement que Mark « Barney » Greenway discute beaucoup avec le public, car nous pourrions assister au plus court set de tous les temps puisque le nombre de titres affichés sur la feuille de départ est de vingt-six. Quand vient le moment de quitter le plateau du CCO pour le rappel, la formation sort sur You Suffer qui est peut-être le titre le plus court au monde (environ trois secondes). Cela est vraiment impressionnant d’assister à un tel cours de vitesse et de puissance. Les Britanniques reviennent après quelques secondes de pause, toujours à trois cent pour cent et nous offrirons trois derniers titres de folie parmi lesquels une reprise de Dead Kennedys, la chanson Nazi Punks Fuck Off. Quand les dernières notes de Siege Of Power se taisent, c’est un public ravi par la prestation des trois formations qui sort de la salle villeurbannaise.

napalm death (3) napalm death (1)

napalm death (4)

Setlist Napalm Death :

  • Multinational Corporations
  • Silence Is Deafening
  • Everyday Pox
  • The Wolf I Feed
  • Unchallendged Hate
  • Suffer The Children
  • When All Is Said And Done
  • Errors In The Signals
  • Breed To Breathe
  • Human Garbage
  • Success ?
  • On The Brink Of Extinction
  • Social Sterility
  • Self Betrayal
  • Protection Racket
  • Taste The Poison
  • Necessary Evil
  • Mass Appeal Madness
  • Scum
  • Life ?
  • Deceiver
  • The Kill
  • You Suffer

Rappel :

  • Nazi Punks Fuck Off (reprise Dead Kennedys)
  • Greed Killing
  • Siege Of Power

 

La soirée terminée, le public se retire tranquillement sur le parking du CCO pour échanger sur cette fabuleuse soirée qui aura été marquée par le signe de l’extrême violence musicale. Des formations qui auront donné la pleine mesure de leurs talents, permettant aux fans d’oublier un instant les problèmes se trouvant à l’extérieur. Merci à Dream Factory  pour leur travail acharné et la qualité de leurs soirées.

Elovite 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s