Xandria – Sacrificium (Album)

Publié: 25 avril 2014 par diamondexplosion dans Chroniques Albums
Tags:, ,

XandriaL’album qui va nous intéresser aujourd’hui vient d’un groupe crée en 1994 mais qui a connu de nombreuses péripéties, puisqu’il a été dissous trois ans plus tard pour finalement revenir en 1999. Xandria, tel est le nom de ce groupe et puisqu’à chacune de ses créations le groupe gagne en profondeur. Il est de mon devoir de vous présenter cette nouvelle galette. 

<br/>

Xandria

Genre : Gothic Metal – Sortie : 5 mai 2014

Commençons donc cette chronique par la pochette et ma foi, en elle-même c’est déjà un excellent travail. Le nom du groupe est apposé sur le haut, entouré par les ailes d’un phénix (symbole du renouveau par excellence et approprié puisque Xandria a changé de chanteuse l’année dernière). Le tout sur fond d’église avec nombre de gargouilles qui semblent en vouloir à ce majestueux volatile. Cet oiseau est aussi la seule source de lumière dans une pochette au tient sombre mais bien impressionnante. N’oublions pas le nom du cd, Sacrificium, discrètement niché entre deux gargouilles, tout en finesse et courbes envoûtantes.

Ceux qui sont fans de Xandria ne seront absolument pas déçus car ce groupe se bonifie comme le vin. La première chanson, titre éponyme de l’album, impressionne tout d’abord par sa longueur (plus de dix minutes) mais aussi par les premières sonorités. En effet, rien ne ressemble à du Xandria que du Xandria et nous avons ici de la qualité emmenée par la chanteuse Dianne van Giersbergen et les habituels chœurs féminins. La chanson démarre de manière délicate avec du violon, la batterie et une belle voix masculine racontant une histoire. La batterie bien lourde résonne, accompagnée de la basse toutes les deux survoltées alors que ce n’est que le départ. À part cette chanson d’une longueur déconcertante, les autres sont de longueur plus conventionnelle, tournant autour des cinq minutes environ. La seconde chanson intitulée Nightfall continue dans la lancée de la première avec une batterie jouée de main de maître par Gerit Lamm. Cette chanson permet d’headbanguer de manière quasi-continue grâce à la maestria des guitaristes. La troisième Dreamkeeper est incontournable. Toujours le même rythme soutenu d’instruments mais des performances vocales variées : du chant clair et du chant bien plus grave. Et puis qui n’a jamais voulu avoir ses rêves gardés par une voix aussi sensuelle ? La chanson The Undiscovered Land est plus lente et plus mélodique que les chansons précédentes et pourrait passer pour une ballade. Elle laisse de longs passages dédiés au chant sans le moindre instrument, alors que nous pouvons entendre de petits passages de flûte, ajoutant une dimension poétique et folklorique, tout en restant dans du Xandria. Dans le morceau suivant, un péril vous menace : la destruction pure et simple de votre cerveau et de vos cervicales mais aussi une trahison. La chanson Betrayer va vous retourner la tête avec ses riffs de guitares tranchants, la voix très aiguë de la chanteuse et une batterie qui ne voudra pas vous laisser un instant de répit pour reposer votre nuque douloureuse, tant vous allez headbanguer. Les chansons s’enchaînent pour nous laisser arriver à Temple Of Hate, une chanson aux accents folkloriques au départ puis évoluant progressivement sur un rythme soutenu et rempli de la batterie, mais nous pouvons entendre des petites notes de clavier légères voleter dans les airs. La chanson est composée de plusieurs passages mélodiques avec le violon et de passages plus lourds. Les guitares ne sont pas en reste avec une démonstration aux alentours de trois minutes des talentueux Philip Restemeier et Marco Heubaum. Mais ce n’est pas tout. La basse que l’on entendait peu sur de précédents morceaux est maintenant parfaitement audible et Steven Wussow fait entendre le doux ronronnement de son instrument. La dernière chanson Sweet Atonement revient sur du plus aérien pour conclure cet album avec du clavier présent tout du long ainsi que du violon et l’on se sentira mélancolique à l’écoute de ce titre.

En conclusion, l’album vient tout juste de se terminer. Il n’est pas encore sorti mais je rêve déjà au prochain qui sera encore très certainement meilleur. Je me prends à rêver : celui que j’ai présenté aujourd’hui me semble parfait alors peut-il être surpassé et si oui, dans quelle mesure ? Je n’oublie pas la magnifique vidéo de Nightfall sortie le 25 avril dans la lignée du teasing mené depuis quelques mois et qui m’a poussé à bout. Je remercie donc Xandria pour leur album de qualité mais aussi leur label Napalm Records qui fait un travail superbe dans le monde du Metal.

Diamond

Tracklist :

  1. Sacrificium
  2. Nightfall
  3. Dreamkeeper
  4. Stardust
  5. The Undercovered Land
  6. Betrayer
  7. Until The End
  8. Come With Me
  9. Little Red Relish
  10. Our Neverworld
  11. Temple Of Hate
  12. Sweet Atonement

Facebook : https://www.facebook.com/xandriaofficial?fref=ts

YouTube : https://www.youtube.com/watch?v=gGTAmmTiD_Y

Site officiel : http://xandria.de/

Napalm Records : http://www.napalmrecords.com/

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s