Finale Lyonnaise du Headbang Contest, le 5 avril 2014 à la MJC Ô Totem (Rillieux-la-Pape)

Publié: 18 avril 2014 par metalkouni dans Lives Reports
Tags:, , , , , , , ,

Dehorners (2)En cette chaude et douce journée du 5 avril 2014, c’est en fin d’après-midi que je prends la route une nouvelle fois en direction la MJC Ô Totem de Rillieux-la-Pape. Après le trio britannique Bleech, la salle accueil la finale lyonnaise du Headbang Contest. À peine arrivé, j’apprends que seulement quatre groupes seront présents car plusieurs formations se sont désistées à la dernière minute. Mais nous aurons un petit extra qui promettra d’être d’une richesse musicale intéressante, car la jeune formation originaire de Lyon Whist22 aura l’honneur d’ouvrir la soirée. Les groupes qui se produiront sur scène pour essayer de remporter le ticket pour la grande finale qui se déroulera le 5 juillet 2014 lors Triel Open Air Festival, seront : les Lyonnais de Aesmah, Dehorners, Fortunato et les Stéphanois de Burn Your Karma.  

Whist22

whist 22 (2)Comme écrit plus haut, quatre des huit groupes prévus sur l’affiche n’étant pas présents, c’est le quartet de Whist22 qui aura la chance d’ouvrir la soirée avant l’attaque de la finale. La formation nous offre une spectaculaire entrée en matière tant leur style musical est d’un punch du tonnerre. De plus, quand on voit les jouer, le groupe semble à l’aise sur scène comme le prouve Juliette Biollet (chant) qui couvre agréablement bien le plateau de la MJC Ô Totem. Mais ce qui est le plus sensationnel est la prestance de l’ensemble du quartet sur les planches, face à un public qui découvre un groupe de surprenante qualité. Alors, si le chant de Juliette Biollet est efficace et parfait, les riffs de Jules Laval (guitare) sont  extrêmement dynamiques. D’ailleurs, au vu du nombre de personnes dans la salle, on sent vraiment que de plus en plus de monde apprécie Whist22. Pour une prestation qui n’était pas prévue, les Lyonnais s’en sortent à merveille. Tout comme le bassiste Philippe Silva se donnant à cent pour cent dans la bataille, ou Théo Sanlaville qui envoie des frappes tonitruantes sur les toms et cymbales de sa batterie. En un mot, pour une prestation de dernière minute, Whist22 a montré aux spectateurs un très haut potentiel donnant réellement envie de les suivre avec attention.

whist 22 (5) whist 22 (3)

Aesmah

aesmah (6)Après l’aparté de la soirée par une excellente ouverture de Whist22, il est maintenant l’heure de débuter les hostilités de la finale lyonnaise du Heabang Contest. Pour cela, c’est le groupe Aesmah qui se colle en premier à la tâche, ce qui n’est pas forcément chose aisée. Mais il faut toujours un premier et un dernier. Quand le quartet démarre son set, on sent tout de suite un gros professionnalisme dans leur jeu. Cependant, il manque peut-être une petite dose de folie pour que nous rentrions à fond dedans. Car si tout est calé au millième de seconde près entre le jeu des guitares, de la basse, de la batterie ainsi que du chant, on sent que la formation n’arrive pas à se lâcher complètement. Est-ce dû à l’évènement, apportant un peu de pression sous le regard imposant du jury qui ne laissera rien passer ? Ceci dit, il doit vraiment être difficile de passer le premier dans ce genre de circonstances. Mais ce que propose Aesmah, côté technique dans le Death Metal Mélodique, est intéressant puisque les mélodies sont très bien mises en avant. La preuve en est grâce aux qualités de Maxime Donet et Olivier Girard sur leurs guitares qui laissent planer sur le public des traces de magies. Quand l’heure de sortir est arrivée, la formation monte encore d’un cran sur le dernier titre et là, on sent tout le potentiel de Aesmah qui se déchaîne pleinement. Une prestation très agréable qui a peut-être manqué de punch au départ mais qui finit de très belle manière.

aesmah (2) aesmah (3)

aesmah (4) aesmah (8)

Dehorners

Dehorners (2)Après Aesmah et son Death Metal Mélodique, c’est au tour de Dehorners de monter sur les planches. Nous allons donc changer un tantinet de style puisque les quatre lyonnais évoluent dans un style un peu plus Heavy que leurs prédécesseurs. Dès les premières secondes, une bonne partie du public se rassemble devant la scène pour assister à la prestation de Dehorners. Les spectateurs ont l’air d’apprécier. En effet, du côté technique surtout au niveau guitare, nous avons l’impression d’être immergé dans du bon vieux Iron Maiden, grâce à des solos magistraux. De même, sur une des intros, le batteur Robin Pichon nous fait un démarrage rappelant étrangement le sextet anglais, prouvant la qualité technique de la formation. Cependant, on sent un malaise dans leur musique car il manque un ingrédient majeur dans la prestation. Le dynamisme et l’envie de bien faire sont présents mais peut-être justement que derrière cela, certains domaines ont été passés à la trappe. C’est dommage car Dehorners à la matière pour faire de leur set un agréable moment mais ce soir, notamment du côté du chant, il manque la touche magique auquel on pourrait s’attendre sur le style de musique du quintet. Quand Dehorners sort de la scène, c’est avec une prestation en demi-teinte malgré un dynamisme agréable que la formation libère la place pour Fortunato.

Dehorners (6) Dehorners (4)

Dehorners (3) aesmah (8)

Fortunato

fortunato (4)C’est au tour du groupe Fortunato et de son meneur Markus Fortunato, de monter sur les planches de la MJC Ô Totem. Le style musical va de nouveau changer et l’ambiance dans la salle va stupéfier au plus haut point. Dès l’entame, la puissance et la qualité de jeu technique de la formation subjugue une bonne partie du public, tant nous venons de passer un cap dans la soirée. Aesmah avait proposé une bonne prestation, mais les Lyonnais de Fortunato s’envolent loin devant. D’ailleurs, on est en droit de se dire que la dernière formation Burn Your Karma aura fort à faire pour rivaliser avec Fortunato qui hausse le niveau sur tous les points. Car tout est là, y compris l’osmose avec le public puisque les quatre compères discutent énormément avec nous. De plus, cela se ressent à travers les applaudissements des auditeurs, ce qui démontre le soutien à cette talentueuse formation. Les jeux guitaristiques de Eliad Foréa et Stéphane « Jason » Laurens sont d’une beauté incroyable, un peu comme des cristaux qui étincèleraient à la lumière du soleil. Mais ce qui plonge encore un peu plus dans ces couloirs enneigés, est le passage au violon proposé par Eliad Foréa au cours de la prestation. Que dire aussi de Markus Fortunato qui, avec sa basse six cordes, distille une aura peu commune dans la salle plongée dans le noir, pendant que Jimmy Cerullo (batterie) entraine le quartet sur les pentes raides de l’Himalaya jusqu’à pouvoir toucher le sommet de l’Everest. Quand Fortunato arrive à son dernier titre, c’est logiquement que le cœur du public balance pour eux. Cependant, il faudra attendre Burn Your Karma pour connaitre la décision du jury. Une prestation de haute voltige qui aura mis une ambiance du tonnerre et une pression énorme sur le dernier groupe de la soirée.

fortunato (1) fortunato (3)  fortunato (2)

fortunato (7) fortunato (9)

Burn Your Karma

Burn Your Karma (2)Nous voici maintenant dans la dernière ligne droite de la finale lyonnaise du Headband Contest et c’est Burn Your Karma qui à la lourde de tâche de clôturer l’évènement avant l’annonce des résultats. De plus, la formation stéphanoise doit avoir une pression réellement énorme après le show étincelant de Fortunato. D’emblée, quand le quintet de Saint Etienne débute leur set, on sent qu’ils vont eux aussi ne pas jouer dans la même cour que Aesmah et Dehorners. En effet, le niveau de jeu rivalise avec Fortunato, un peu comme dans une rencontre de sport entre deux équipes. Cela promet de finir la soirée en beauté et un rude casse-tête pour le jury. Pour se démarquer, Burn Your Karma a bien compris qu’il n’avait pas le choix et qu’il devait envoyer la poudre. C’est donc en toute logique que la formation envoie toute la puissance technique de leur musique à travers les riffs, les soli et les guitares saturées de Julien et Bertrand. De plus, Xavier (chant) démontre un potentiel et une aura telle que le public déjà présent en très grand nombre pour Fortunato, va être plus nombreux pour assister à la prestation du quintet stéphanois qui ne cesse d’accroitre sa domination sur la soirée. Quand Burn Your Karma termine son set tonitruant, il ne fait aucun doute que la place de vainqueur va se jouer entre eux et Fortunato. Mais en ce qui concerne les Stéphanois, nous aurons déjà eu une véritable leçon de technique musicale et de joie.

Burn Your Karma (3) Burn Your Karma (4)

Burn Your Karma (6) Burn Your Karma (7)

Il faudra attendre 23h30 pour connaitre l’annonce des résultats, ce qui laisse juste le temps au public et aux groupes pour se désaltérer. L’heure fatidique arrivée, nous voilà revenus dans la salle et le verdict ne se fait pas attendre car le jury a voté à l’unanimité pour Burn Your Karma. La formation aura donc la chance de participer à la grande finale pendant le Triel Open Air Festival le 5 juillet 2014. Une très belle soirée avec des formations très intéressantes qui auront tenté crânement leurs chances. Merci à toute l’équipe du Headbang Contest pour cet évènement et vivement l’année prochaine pour un nouvel épisode.

Elovite

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s