Defeat The Earth – Beyond Creation (Album)

Publié: 7 avril 2014 par F4R537KTP09 dans Chroniques Albums
Tags:, , ,

Defeat The Earth - Beyond CreationCe message s’adresse à toi, ami lecteur : si tu aimes la musique bien violente, qui te fera bouger et t’émouvra jusqu’à trépasser à force de headbang, Defeat The Earth pourrait bien satisfaire tes attentes sans les décevoir aucunement. Leur album est déjà disponible et demande ton soutien. Comme si cela ne suffisait pas, ils font de nombreux concerts. Qu’attends-tu donc ?

<br/>

Genre : Brutal Death – Sortie : Janvier 2014

Genre : Brutal Death – Sortie : Janvier 2014

Defeat The Earth débute sa carrière en tant que groupe de violence extrême à la fin de l’année 2012. Prêt à en découdre avec toute la planète et en particulier sur scène, le quatuor (jusque récemment) compose rapidement et fait de nombreuses apparitions locales et régionales avant de se montrer un peu partout en France. L’album Beyond Creation est enregistré en cours d’année 2013 et paraît en janvier 2014. Peu après cette sortie, le line-up s’agrandit avec l’arrivée de Louise à la basse, qui permet à Elise de reprendre du service scénique à la guitare.

Comme à notre habitude, nous allons commencer par nous intéresser à la pochette. Le disque se trouve enserré dans un écrin de type Digipack, léger, pratique, sans livret mais de toute façon à quoi cela servirait-il ? L’illustration représente une grande ville côtière qui pourrait être New York, attaquée par une pluie de météores. Au bas de l’image un fœtus encore dans le ventre maternel. Nous laisserons au lecteur le soin d’interpréter à sa guise, même si nous avons notre petite idée. Le dos de la pochette reprend ce thème avec les titres en surimpression. Effet plutôt réussi. Image travaillée et efficace dans son genre.

Passons aux choses sérieuses. Nos enfilons le disque et attention les oreilles, ça balance du gros son bien gras et bien lourd. Heureusement, vous ne vous attendez certainement pas à entendre la « petite musique de nuit » car on aurait ici l’opposé en termes de composition. En huit titres (sept plus une intro en réalité), Defeat The Earth distille un bon gros Brutal Death teinté de Mathcore, avec accordage des guitares en La grave (comme KoRn). La qualité de l’enregistrement n’est pas mauvaise, mais le mix est un peu trop orienté grave-medium, ce qui fait qu’il est souvent difficile de dissocier la basse de la guitare. Nous avons donc été contraints de réduire un peu les basses et d’augmenter un tantinet les aigus pour corriger le problème, afin de gagner en lisibilité du son. Somme toute ce n’est pas vraiment gênant, l’ensemble reste équilibré et tout à fait agréable à l’écoute. La batterie nous envoie des rythmiques qui frôlent (euphémisme) le Grind-Core par moment. Le chant se constitue d’un growl grave du plus bel effet sur cet ensemble qui va vite et bien. Ici nous chercherions en vain des mélodies complexes ou des harmonisations symphoniques. L’essentiel est là : plus vite, plus fort, plus violent. Pari gagné, la musique décolle dès les premières notes et accrochez-vous bien à vos sièges car, vous êtes prévenu, ici la dentelle n’a pas sa place. Les compositions alternent entre parties ultra-violentes et passages plus lourds, mais la pression n’est jamais, à aucun moment, relâchée. De fait, même si ce disque ne dure que vingt minutes, vous les sentirez passer malgré tout, éreintés par vos propres gesticulations.

Ô ami lecteur, si ton désir de violence reste insatisfait depuis quelques temps et que tu es à la recherche d’un groupe qui pourra t’aider à le faire ressortir par n’importe quel moyen, tu n’hésiteras pas à te jeter sur ce disque qui t’amènera au bord de l’agonie. Si tu sais faire fi d’un son un peu grave pour te concentrer sur l’essentiel en réglant un minimum ton matériel, tu ne pourras que te retrouver au septième ciel des amateurs du genre. Le Grind-Core, le Brutal-Death et même le Metal t’accompagneront dans ta voie au cours de ce périple à la fois court et intense, afin d’atteindre la félicité que tu mérites. Ami lecteur, ami auditeur, si tu n’en as pas assez, rends toi rapidement dans une salle pour les voir sur scène afin de prendre une nouvelle claque. Et disons-le simplement, il y a désormais deux guitares et il ne faudra pas manquer cela. Pour notre part, Defeat The Earth nous laisse une très bonne première impression. Le disque mériterait quelques minutes supplémentaires mais se trouve déjà très bien ainsi. Si le son gagnera à être retravaillé un peu, pour les compositions, il suffira de continuer dans cette voie. Les influences sont digérées et passées. A quand la suite ?

F4R537KTP09

Line-up :

  • Gaétan : chant
  • Rémi : chant, guitare
  • Elise : guitare (basse sur l’album)
  • Louise : basse (absente de l’enregistrement)
  • Alexander : batterie

Tracklist :

  • Beyond Creation
  • Nocturnal Revenge
  • Day To day
  • Utopist
  • Brutal As Just Began
  • Sexual Headcase
  • Defeat The Earth
  • Time Out

 

Publicités
commentaires
  1. Jack Of Spades dit :

    Je viens de lire l’article et ya deux trois petites choses qui me dérange.
    Dire qu’un groupe de Brutal Death est violent c’est comme dire que la nuit, il fait sombre, on s’en doute un peu. évite un peu d’exagérer, il y a encore plus violent donc parler de violence extrême n’est pas nécessaire et personnellement c’est pas ce qui va me donner envie d’écouter un groupe. (après ça ça ne regarde que moi)
    Et les Livrets, moi j’aime bien dans les CD ! hé ho ! bon bien sur c’est plus chère pour les artistes mais ça fait toujours plaisirs ! Mais si tu veux parler de l’absence de livret pour souligner une absence de fioriture dans le style du groupe, qu’il est du genre « rentre dedans » sans enjoliver les choses, qu’il a un coté brute et que cette absence de livret traduit une suppression de tout ce qui est surplus inutile là il faut développer. Est ce un choix artistique ? ou économique ? les deux sont justifiable. Mais sinon la pochette envoi du steak en effet.

    « ça balance du gros son bien gras et bien lourd. Heureusement, vous ne vous attendez certainement pas à entendre la « petite musique de nuit » car on aurait ici l’opposé en termes de composition. »-> c’est du Brutal Death

    « guitares en La grave (comme KoRn) » -> c’est la seule référence que tu as de groupe qui joue en La ? sérieusement ? (bon je suis un grand fan de KoRn mais quand on parle d’un groupe de Brutal Death ta rien qui se rapproche un peu plus ?)

     » Les compositions alternent entre parties ultra-violentes et passages plus lourds » -> c’est du Brutal Death !

    « Ici nous chercherions en vain des mélodies complexes ou des harmonisations symphoniques. »-> C’est du BRUTAL DEATH !

    « qui t’amènera au bord de l’agonie » -> oh bah quand même faut pas exagérer.

    « Si tu sais faire fi d’un son un peu grave pour te concentrer sur l’essentiel en réglant un minimum ton matérie » -> ça justement tu devrais le souligner en tant que lacune de ce CD. celui qui écoute ne devrait pas avoir a régler son matériel… j’ai écouter leur bandcamp la vache c’est vrai que c’est lourd, mais c’est peut être aussi un parti pris. Tu as pensé à leur demander ?

    « Le Grind-Core, le Brutal-Death et même le Metal »-> Le métal est un genre musicale composé de plusieurs courant comme le Rock par exemple. Le Grindcore et le Brutal Death sont des styles de Métal on ne peut donc pas les comparer ou les mettre en parallèle.

    Si tu parles d’un groupe peu connu ou qui débute essaye d’avoir des infos sur leurs influences ou essaye de trouver des parallèles avec des groupes plus célèbres histoire que ça donne envie d’écouter.

    Sinon je suis tout à fait de ton avis en ce qui concerne le reste de ton article que je trouve relativement bon.

  2. F4R537KTP09 dit :

    Tout d’abord je tiens à remercier notre ami Jack Of Spades pour son commentaire qui, à l’image du Brutal Death dont nous parlons et que nous aimons, est violent et sincère.
    Je vais tenter de répondre à tes questions et à tes critiques.
    Je suis tout à fait d’accord qu’il est de l’ordre du pléonasme de dire qu’un groupe de Death ou de Brutal Death est violent ou brutal. Cependant, dans l’ordre de mon article, j’ai introduit d’abord le fait que le groupe était violent, avant de m’attacher à dire qu’il s’agissait de Brutal Death. Je m’adresse à tous type de lecteur, c’est à dire aussi à ceux qui ne savent pas ce que c’est, et davantage à ceux qui ne connaissent pas ce groupe. Il m’a ainsi paru utile de le préciser. Par ailleurs je me vois mal écrire simplement qu’il s’agit de Brutal Death, et ne pas décrire plus avant ce qu’on entend. Après, il se peut que je me sois mal exprimé et que j’aurais mieux fait de dire qu’on alternait entre partie en blast et rythmiques plus lentes et plus lourdes, mais il me semble que cela revient au même. Dans tous les cas mon but est le même : faire comprendre de quoi il s’agit sans entrer dans une description ultra-détaillée, morceau par morceau, riff par riff. Il me semble de ce côté-ci avoir fait mon travail, quoi que j’aie pu être un tantinet répétitif. Ceci répond aussi à une partie de la suite où tu me montres que tout est lié au fait que ce soit du Brutal Death. Et oui, je reconnais que j’exagère un peu pour « jusqu’à l ‘agonie », mais sans un peu de fantaisie, j’aurais peur d’écrire un article par trop fadasse. Surtout que j’ai eu une très bonne impression de ce groupe (que je ne connais pas personnellement).
    Le livret est un point qui donne plus de confort pour une prise en main du disque et une appropriation du groupe. Ici, Defeat The Earth a autoproduit son album (ce que j’aurais probablement dû préciser également). Je pense donc que le motif économique a primé. Quand je demande « à quoi cela servirait-il ? », je veux juste dire que l’œuvre se suffit à elle-même et que, par conséquent, l’absence de livret se fait moins sentir. Je fais tout de même partie de ceux qui aiment bien lire les paroles des morceaux, mais je me dis que cela viendra certainement plus tard dans la vie du groupe. En tous cas je le leur souhaite.
    Pour ce qui concerne ma référence à KoRn en guise de description de l’accordage, je ne vois pas grand mal à le faire, étant donné qu’ils ont été parmi les premiers à l’utiliser, en démocratisant l’usage des sept cordes au passage. Il y a certes de nombreux groupes dans tous les styles et courants musicaux du Metal qui en usent actuellement, mais pourquoi ne pas citer le groupe dont je suis sûr que tout le monde, même les fans de Britney Spears et Beyonce ont dû entendre parler, et qui est pour moi une référence incontournable. Tout le monde a au moins un riff de KoRn quelque part dans la tête. Pour savoir comment sonne un accordage en La, il m’a semblé que c’était bien. Néanmoins je tiens compte de ton avis, et je vais essayer de mettre autre chose pour la prochaine.
    Ensuite je me suis permis de noter qu’on ne trouve pas spécialement de « mélodies complexes », par opposition à Cephalic Carnage par exemple où l’on peut en trouver à la pelle. Mais peut-être aurai-je plutôt dû parler de bon Brutal Death, mais pas dans la vague « Brutal Death technique » en effet. Pour le symphonique, il s’agit également d’une petite exagération stylistique en rapport avec ma référence à la petite musique de nuit.
    Concernant le Metal comme style, tu as tout à fait raison et je corrige immédiatement en « Heavy Metal ».
    Pour mes références afin d’aider les lecteurs, tu as une nouvelle fois raison. Je citerais dans les influences plus que probables Aborted et Decapitated dont on pourra, sans non plus chercher une copie, rapprocher Defeat The Earth (je vais tenter de le rajouter dans le texte).
    Je termine ma réponse par la critique du son du disque. Tu me « reproches » de ne pas l’avoir souligné comme lacune de ce CD. Or j’en parle à deux reprises dans ma chronique, de sorte que les auditeurs sont avertis. Une fois dans la description objective du son, et l’autre dans mes conclusions (dans des phrases relativement longues de surcroit). Je pense que tu conviendras avec moi que, si cela alourdi l’ambiance sonore globale, l’enregistrement n’en reste pas moins audible et appréciable. Je ne voulais pas non plus me focaliser uniquement là-dessus, étant donné qu’à mon sens, les qualités du disque mettent ce point négatif un peu en retrait. Mais effectivement, je demanderai au groupe s’il s’agissait d’un choix délibéré ou non.
    Je te remercie en tous les cas une nouvelle fois d’avoir pris de ton temps pour me faire part de ce que tu as pu entrevoir de négatif dans mon travail, car c’est ainsi que je pourrais progresser et faire de meilleures chroniques à l’avenir. Le cirage donnerait plutôt l’effet inverse. Je vois cela comme une aide de ta part.

    Brutalement

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s