Le Père Noël et ses Rockeurs, le 11 décembre 2013 au Transclub (Lyon)

Publié: 23 décembre 2013 par metalkouni dans Lives Reports
Tags:, , , , , , ,

Non, le titre de cette chronique n’est pas conçu pour faire venir un jeune public croyant encore au Père Noël (mais si, il existe…). Organisée par M2M Entertainement pour le Secours Populaire Français, cette soirée a pour but d’aider les enfants défavorisés. Le concept est très simple : pour profiter des concerts donnés par Doberman Crew, RAB et The Ex, il suffit aux spectateurs de donner un jouet neuf à l’entrée de la salle. Ces mêmes jouets qui seront par la suite redistribuées aux enfants.

Durant l’après-midi, le groupe hollandais The Ex a donné un concert particulier à une bande d’enfants mais ce soir, il en est autrement puisque c’est au tour des adultes d’en prendre plein les oreilles. Le Transclub est relativement rempli, bien que l’on pouvait s’attendre à mieux. Ne boudons pas notre plaisir, surtout ce soir, et approchons-nous de la scène, où s’installe le premier groupe.

RAB-20131211-003R.A.B.

D’après ce qui est écrit sur leur page Facebook, R.A.B. se définit ainsi : « cinq vieux qui en ont rien à branler de faire de la zik de ringards des années 90 ». Voilà qui est dit. Musique de RAB-20131211-005ringards, peut-être, mais il faut reconnaître qu’ils le font très bien. Énergique, dynamique et sans prise de tête. Voilà ce qui qualifierai le mieux le set du quintet. Le chanteur se pose comme un véritable leader et animateur de soirée talentueux, plaisantant avec le public à la moindre occasion, allant jusqu’à la dérision. Sans oublier de chanter juste. Car, même si le groupe joue la carte de l’auto-dérision, il prend toutefois sa musique et son public au sérieux. Avec des compositions influencées par Rage Against The Machine, Alice In Chains ou, plus généralement, le style des années 90, RAB remporte un vif succès auprès des spectateurs. Bien que ça ne s’agite pas encore dans la fosse du Transclub, le public applaudit chaleureusement et se montre réceptif aux plaisanteries du chanteur, telle que : « Nous sommes R.A.B. Ça veut dire Rage Against Brigitte ». Jamais redondant, jamais lassant, le concert de R.A.B. passe très bien l’épreuve de l’ouverture de soirée. Un Rock accrocheur qui aura mis le public lyonnais en bonne disposition pour la suite.

DOBERMAN CREW-20131211-002Doberman Crew

Les chiens enragés s’emparent rapidement de la scène devant un public manifestement venu pour eux. Les lumières s’éteignent et l’intro retentit dans les enceintes.DOBERMAN CREW-20131211-005 Comme à chaque concert de Doberman Crew, c’est la guerre dans les premiers rangs dès la première chanson. Alors, quand il s’agit du puissant « Civil War », c’est un appel au chaos général dans la fosse. Visuellement, nous avons la rétine qui fond progressivement au fil du set. Les effets de stroboscopes sont légions, donnant un aspect « découpé » aux mouvements de Keefran, le chanteur et leader du groupe lyonnais qui se transforme en dynamo humaine. Physiquement en forme, les membres de Doberman se donnent à fond pour leur dernière date avant une pause bien méritée. Pio, à la batterie, est une fois de plus impérial, cognant sur ses fûtes et cymbales tel un métronome qui serait le DOBERMAN CREW-20131211-003groove incarné. Dommage que les lignes de basse d’Andy ne soient pas plus audibles car la section rythmique de ce groupe est redoutable d’efficacité. Will (guitare) n’est en revanche pas tout à fait carré, le guitariste étant par moments pas tout à fait dedans. Toutefois, ses riffs puissants et soli précis font toujours mouche. Keefran se démène pour faire bouger le public et sera vite récompensé. Les pogos ne tardent pas à être lancés dans la fosse. La doublette « Le retour de la monnaie Part 1 & 2 » fait lentement monter la tension avant de la faire exploser sur la seconde partie du titre. Le redoutable « Walk Or Die » fait un carton tandis que « Longue Vie » clôt ce concert et voit le Père Noël monter sur scène et slammer sur le public. Malgré les appels du public, Doberman Crew est forcé de quitter les planches du Transclub pour laisser la place au dernier groupe. Un véritable succès pour le groupe, qui peut maintenant se reposer avant de revenir l’an prochain. Avec un nouvel album ?

THE EX-20131211-003The Ex

Venu tout droit d’Amsterdam, The Ex (groupe formé en 1979) s’installe tranquillement sur la scène. Le public, calme et immobile au début, va vite se laisserTHE EX-20131211-010 emporter par la musique des Hollandais. Difficilement définissable, si tant est que le groupe joue dans un style défini, The Ex va jouer avec nos sens pendant tout le concert. Mêlant le Punk Noise au Rock psychédélique, voire même au Bebop et au Hard Rock britannique, The Ex se montre rapidement inqualifiable. Et terriblement original. Aucune chanson ne ressemble à une autre et à chaque nouveau titre, c’est un lot de surprises qui nous attendent. Que ce soit au niveau des riffs ou des soli complètement déstructurés et chaotiques (mais toutefois maîtrisés), les Hollandais sont complètement imprévisibles. De longs passages instrumentaux qui n’auraient pas été renié par des groupes THE EX-20131211-007comme Pink Floyd, Marillion ou encore Kyuss, s’intègrent à des compositions énergiques et folles dignes des Ramones ou Motörhead. Dans le public, plusieurs THE EX-20131211-008spectateurs se laissent embarquer dans ce flot incessants de notes percutantes et de riffs improbables, s’approchant de la transe. The Ex nous hypnotise littéralement. En parallèle à ce déluge sonore, nous avons aussi droit à des moments plus calmes et légers lorsque Katherina Bornefeld (batterie, chant) prend le micro, chantant dans un registre plus jazz et posé que son compère Arnold De Boer (guitare, chant). Le public est vite acquis au groupe et c’est un tonnerre d’applaudissements qui accompagne chaque chanson. Après une heure de concert, The Ex nous remercie et nous quitte, nous laissant complètement épuisés et fascinés.

M2M Entertainement aura mis le paquet pour aider les enfants et faire plaisir aux adultes. Trois excellents groupes et une fin magistrale pour cette troisième édition du Père Noël et ses Rockeurs.

Merci à l’orga et aux bénévoles, aux groupes et au public qui aura répondu présent.

Kouni

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s