Tournée Doberman Crew – Home Taping

Publié: 27 novembre 2013 par metalkouni dans Lives Reports
Tags:, , , ,

Lorsque deux groupes de surexcités notoires se réunissent pour faire une mini-tournée, il ne faut absolument pas rater ça. Ainsi, je me suis rendu aux deux concerts, joués sur deux soirs consécutifs, à deux endroits complètement différents. De l’Isère à l’Ardèche, les Lyonnais auront semé le chaos et rassasié un public enivré à coups de décibels. Le premier concert se passe en campagne et, ce soir, c’est le grand soir !

Vendredi  15 novembre 2013

Le Panorama, Grenay, Isère

HOME TAPING-20131115-002Home Taping

C’est dans un Panorama bien rempli, que le groupe Home Taping s’installe. Les Lyonnais n’ont pas encore joué uneHOME TAPING-20131115-022 seule note que déjà, dans le public, quelques spectateurs hurlent le nom du groupe et des musiciens. Après un début en trombe qui voit les spectateurs du premier rang s’agiter, le groupe prend sa vitesse de croisière, malgré un son pas toujours bien équilibré. La faute à ce type de salle, à l’origine pas prévue pour accueillir des concerts de Punk n’ Zob. Faisant fi de ce détail, Joss (chant) donne tout ce qu’il a pour réveiller le Panorama. Il faut reconnaître qu’il y arrive, car les pogos ne tardent pas à se déclencher. Le public est maintenant chaud bouillant. Parfois, nous pouvons entendre la citation devenue régulière HOME TAPING-20131115-018dans les concerts du groupe : « C’est d’la merde !!! ». Phrase prononcée sur un ton humoristique, bien sûr. Ce à quoi, Joss répond : « Mais t’as tout à fait raison, l’ami ! ». Les spectateurs, acquis au groupe, hurlent les refrains et pogotent dès que l’occasion se présente, notamment sur « Perlimpinpin », « En Campagne », « Jack »… Malgré quelques fautes au niveau de l’interprétation, les musiciens réalisent un bon set, à l’ambiance électrique. Après le dernier méfait des Lyonnais, « Humanituer », les spectateurs remercient le groupe avec un tonnerre d’applaudissements. Home Taping a déclenché un incendie dans le Panorama. Maintenant, Doberman Crew se doit de l’attiser.

DOBERMAN CREW-20131115-008Doberman Crew

N’y allons pas par quatre chemins. Dès l’intro, c’est la folie dans la salle. Le set de Doberman Crew exploseDOBERMAN CREW-20131115-006 les tympans et le matériel d’éclairage donne un rendu magnifique, sur le point visuel. Nous en prenons plein les yeux. Keefran (chant) est une véritable pile électrique et encourage sans cesse les spectateurs à se lâcher. Ce qui va se passer car, sur le troisième titre du set, le chanteur slamme sur le public qui va le porter sur trois mètres. Concrètement, la prestation de Doberman Crew pourrait être résumée en deux mots : justesse et énergie. Pas d’erreurs, aussi bien au niveau du chant que du jeu (ou alors, elles sont passées inaperçues), et une DOBERMAN CREW-20131115-010insatiable envie d’en découdre avec le public. Ce même public, très enthousiaste et participatif. Les cervicales sont mises à mal sur les brûlots comme « Walk Or Die », « Civil War » et « Marche Au Pas ». La tension ne baisse jamais tout au long du concert des Lyonnais. Elle montera d’un cran lorsque Keefran invitera Joss à faire un duo et là, ça devient carrément la folie dans le Panorama. Les spectateurs réclameront un dernier titre, après un rappel pourtant copieux. Doberman Crew s’exécute et nous balance une dernière cartouche avant de se retirer sous les applaudissements.

La première date de la tournée commune s’achève dans la sueur. Les spectateurs et les groupes auront retourné le Panorama, une fois de plus. Les groupes partent se « reposer » avant d’entamer le dernier concert, qui sera donné dans un lieu gardé secret.

Merci aux gérants du Panorama pour leur accueil et merci aux spectateurs pour leur grain de folie.

Samedi 16 novembre 2013

Ardèche

Après s’être reposé quelques heures, il est temps de reprendre la route, direction l’Ardèche. C’est dans un endroit tenu secret, que va se dérouler la dernière date commune Home TapingDoberman Crew. Accueillis royalement par l’organisateur, nous avons un peu de temps devant nous, pour grappiller quelques minutes de sommeil et surtout boire quelques bières. À 21h00, le groupe ardécho-lyonnais Sombra Y Luz s’installe sur la scène.

SOMBRA Y LUZ-20131116-007Sombra Y Luz

Le groupe de Fusion Rock mené par Morgan (chant) ouvre les hostilités devant un public clairsemé, mais très SOMBRA Y LUZ-20131116-004réceptif. Après un départ en trombe, une coupure de courant interrompt l’élan des musiciens. Hormis le batteur Ju qui se lance dans un solo de batterie endiablé, dans l’obscurité la plus totale. En effet, il n’y a ni son ni lumières dans toute la salle. Quelques minutes plus tard, l’électricité est rétablie, pour quelques secondes, toutefois. Une seconde coupure brise la reprise du set, mais une nouvelle intervention des gérants de la salle permettra de rétablir définitivement le SOMBRA Y LUZ-20131116-008courant. Passant de l’ombre à la lumière, le groupe Sombra Y Luz n’aura jamais aussi bien porté son nom. Musicalement, le groupe s’est encore amélioré, et joue une setlist plus équilibrée et nerveuse qu’à Mâcon. Le fait d’avoir retiré la chanson « Palesraël » y contribue certainement beaucoup. Comme à leur habitude, les deux frontmen, Morgan et Manu (guitare) sont particulièrement vifs. Surtout Manu qui saute dans la fosse, guitare pointée en avant, pour aller pogoter avec les spectateurs. Sans oublier Ju, prenant le micro le temps d’une chanson et qui sera blessé au visage, victime de l’entrain d’un spectateur lorsqu’il descendit dans la fosse. On note une belle complicité entre chaque musicien, rendant la musique plus forte et vivante. Le final « Caillette Prod » fera fortement bouger le public une dernière fois, avant que le groupe ne prenne congé sous les applaudissements.

HOME TAPING-20131116-005Home Taping

En difficulté lors des balances (ah, les afters…), le groupe s’est remis d’aplomb pour son deuxième concert HOME TAPING-20131116-002consécutif. Motivé par l’enthousiasme du public, Home Taping va livrer un concert tout bonnement jouissif, servi par un mixage du son tout simplement excellent. La température est montée de plusieurs degrés, lorsque le premier pogo éclate et ce, dès le premier titre ! Joss est au taquet, malgré la fatigue qui se fait sentir, surtout au niveau du chant. Ses lieutenants connaîtront également quelques difficultés pour exécuter parfaitement leurs partitions. Mais qu’à cela ne tienne, le groupe va mettre le feu quand même. À commencer par Joss, incitant les Ardéchois à HOME TAPING-20131116-004retourner la salle et casser le plancher. Le chanteur s’empare d’une perruque blonde portée par un spectateur pour la revêtir (mesdames, contenez vos orgasmes), et descend régulièrement dans la fosse pour lancer des pogos. Le public suit le mouvement et hurle les paroles des chansons. Mike, notre directeur de publication, prendra le micro à plusieurs reprises, de même que Morgan et Manu de Sombra Y Luz. C’est la folie dans la salle, les pogos sont plus grands et plus violents. Durant le final « Humanituer », Joss se fera bousculer (involontairement) par Mike, trébuche sur le retour placé devant la scène et, malgré la tentative désespérée de Mike pour le rattraper, le vocaliste embrassera le plancher. Après s’être relevé, il récupérera son micro pour terminer le morceau. C’est ça, le Rock ! C’est tout naturellement avec une pluie d’applaudissements que nous remercions Home Taping.

DOBERMAN CREW20131116-010Doberman Crew

Comme la veille, au Panorama, Doberman Crew nous met une claque d’entrée de jeu, avec une intro puissante. Ça DOBERMAN CREW20131116-008pulse direct et cette énergie ne retombera qu’une fois le concert terminé. Keefran s’avance, micro en main, chante ses paroles et saute tel un cabri fougueux. Tout le groupe se donne à 1 000 %. De même que le public, chauffé à blanc par tant de débauche d’énergie, un éclairage maîtrisé et presque épileptique, et surtout un mixage du son encore une fois très bon. Cette fois, ce sont tous les spectateurs qui se jettent les uns contre les autres. Les membres des deux autres groupes, sont présents dans la fosse et font tout pour pousser Keefran et ses lieutenants dans DOBERMAN CREW20131116-013leurs derniers retranchements. Nous aurons droit à une surprise, en milieu de set, avec la reprise de « L’Oeuf » (Lofofora). Comme au Panorama, Joss s’invite au micro et est rejoint par Morgan. C’est donc par un trio de surexcités, que ce classique sera réinterprété pour nous. Instant mémorable et complètement explosif, cette reprise est une réussite. Doberman Crew ne s’arrêtera pas en si bon chemin, car la suite est du même tonneau. L’intensité ne baisse jamais et les hits du groupe font mouche, une fois encore. « Marche au Pas », « Ouais », « Civil War », rencontrent un fort succès. Le rappel « Walk Or Die » provoque un dernier pogo géant et fait un véritable carton. Les chiens enragés nous quittent ainsi, là aussi fortement applaudis par un public exténué mais heureux. Doberman Crew, vainqueur par K.O.

Une soirée mémorable, un grand moment de fête et de partage dans un lieu très convivial. Pourquoi n’y a t’il pas plus d’endroits comme ceux-là ?! Bref, Sombra Y Luz, Home Taping et Doberman Crew auront été à la hauteur de leur réputation et de leur talent. Une fois encore. Merci à eux et au public et merci à l’organisateur de la soirée.

Kouni

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s