Interview avec Stéphane Buriez (Loudblast)

Publié: 22 novembre 2013 par metalkouni dans Interviews
Tags:, ,

Stéphane Buriez, membre fondateur, guitariste et chanteur de Loudblast, producteur, et animateur d’une émission musicale sur l’Enôrme TV (« Une dose 2 Metal »), a eu la gentillesse de répondre à nos questions. Quelques minutes après le concert donné aux Abattoirs de Bourgoin-Jallieu, Mike tend le micro à cet homme incontournable de la scène Metal française, qui va littéralement nous donner une leçon de vie et d’humilité.

Interview réalisée par Mike et Kouni, le 8 novembre 2013.

Quel est ton ressenti sur cette soirée (le concert de Loudblast s’est terminé il y a une dizaine de minutes) ?

Stéphane Buriez : Et bien, ce qui est marrant, c’est que nous avons joué hier à Chambéry, dans une petite salle qui était pleine (ndlr : la Soute) et on se demandait qui viendrait nous voir ce soir, sachant qu’il n’y a que soixante kilomètres entre les deux salles. Nous avons passé un très bon moment, les gens sont venus. Nous avons aussi choisi une setlist qui nous permet de jouer plus longtemps, sur les dernières dates. Nous ratissons très large, avec un extrait de chaque album, ainsi qu’un nouveau morceau inédit. J’ai adoré. Tous, sur scène, avons passé un très bon moment.

Ton nouveau morceau est très orienté Death groovy. Le public a t’il répondu à tes attentes en découvrant ce titre ?

SB : Ce morceau marche à mort ! Nous ne cherchons pas à faire du Death groovy ou… Nous faisons ce que nous avons envie de faire. À la base, Loudblast, c’est ça. On ne s’est jamais calqués sur un schéma, nous n’avons jamais dit : « nous devons faire ça parce que ça marche ». On s’en branle ! Si nous voulions être millionnaires avec la musique, nous ne ferions pas ça ! On fait du Death Metal, du Death Thrash. Il n’y a que deux groupes de Metal qui sont millionnaires, c’est Slayer et Metallica. Et Megadeth, aussi. Nous n’essayons pas de séduire un public. Nous n’avons jamais fait ça. C’est vrai que sur le nouvel album, dont on vous a présenté un extrait ce soir, il y a cet aspect groovy et beaucoup de surprises aussi. Ce sera un album super brutal, plus brutal que « Frozen Moments Between Life and Death » (2011) et à la fois plus groovy. Il y aura des surprises aussi. Il y a des blasts, choses que nous n’avons jamais beaucoup utilisées. Voilà, l’album qui arrive sera assez riche en évènements, en propositions musicales et encore une fois, nous n’allons pas faire ce que les gens attendent de nous.

Ça fait depuis 1986-1987 que Loudblast existe. Vous êtes des pionniers en France. Quels groupes t’ont inspiré ?

SB : Heu… (il réfléchit quelques secondes). Les groupes qui m’ont influencé quand j’étais gamin, quand j’ai voulu faire de la musique, ce sont Judas Priest, Iron Maiden, Scorpions… Tous les groupes de Heavy Metal, tu vois. Et le groupe qui a changé ma vie, c’est Metallica, quand j’ai écouté l’album « Kill’em All » (1983). J’habitais à Lille et « Kill’em All » est sorti en Belgique avant la France. Je me souviens encore quand j’ai entendu le groupe passer sur une radio, qui s’appelait « Radio Wep ». Je peux te dire à quel moment précis c’est passé, et j’ai fait… Whao ! Quand j’ai écouté ce truc… Il y avait déjà Motörhead avec des tueries comme « Overkill » (1979) et là, il y a Metallica… Qu’est ce que c’est que ce truc ?! Tu n’avais jamais entendu ça de ta vie ! C’est ÇA qu’on veut faire ! Puis Slayer est arrivé juste derrière… Les deux groupes qui ont changé ma vie. Tout simplement, parce que c’était de ma génération. Quand ces albums sont sortis, j’avais 15-16 ans.

Sur la scène Metal actuelle, quels sont les groupes qui t’ont mis une claque ?

SB : Ghost B.C. Je suis archi-fan de Ghost et de « Infestissumam ». Je suis un grand fan de Mercyful Fate et je retrouve un peu de ça dans Ghost. Il y a aussi un peu de Blue Öyster Cult et de trucs plus anciens. Je citerai également Carcass et son dernier album (« Surgical Steel »). Le dernier Motörhead (« Aftershock ») est juste une tuerie. Ce sont mes trois albums de l’année. À côté de ça, il y a d’autres trucs. Le nouveau Death Angel est juste extraordinaire ! Avec mon émission, Une dose 2 Metal, je suis plus à même d’écouter plein de choses, souvent en avance. C’est un boulot à part entière mais ça me permet de ne pas me reposer sur mes lauriers.

Tu arrives à concilier ton boulot avec Loudblast, celui d’animateur pour l’Enôrme TV (chaîne qui diffuse son émission Une dose 2 Metal) et celui de producteur ?

SB : Le vrai souci, c’est qu’en France, nous voyons toujours le verre à moitié plein. Les gens peuvent se dire que ce que je fait est versatile, notamment avec mon émission qui fait, je le rappelle, la meilleure audience de la chaîne. Ce qui veut dire que je ne me fais pas de soucis (rires). Je ne cherche pas à plaire à tout le monde, je n’en ai rien à foutre et je ne plairai jamais à tout le monde. J’ai jamais fait ça pour plaire à tout le monde. L’important, c’est juste de faire avancer les choses ! Avec mon émission, j’ai la chance d’avoir une tribune que personne n’a. C’est la seule émission de Metal en France, suivie par plus de vingt-cinq millions de personnes ! Je fais toujours du Metal avec mon groupe, sans concession, et je produis encore des groupes. Je travaille tout le temps. C’est mon métier. Je fais ça parce que je suis passionné par ce que je fais, pas pour être célèbre. Je n’en ai rien à branler d’être célèbre ! Les c****** qui oseraient dire le contraire, et bien je les attends. C’est quand ils veulent !

Que préfères-tu entre la composition pour Loudblast, la production pour d’autres groupes et l’émission ?

SB : (Il réfléchit) Loudblast, c’est ma vie. Tout ça ne se serait jamais fait sans mon groupe. Loudblast, c’est un groupe de lycée. Nous nous sommes rencontrés au lycée, avons fait des maquettes, enregistré des petits posts de merde, sans aucun moyen. Nous sommes arrivés à un moment où il n’y avait rien. Vraiment rien. On a été au charbon, en Belgique, car c’est ce pays qui nous a ouvert ses portes avant la France. Ça, il ne faut pas l’oublier non plus ! Le fait d’être Lillois, donc frontaliers, nous permettait d’aller en Belgique pour voir les concerts de Metal. Tous les groupes passaient là-bas, et non en France. Les Kreator, Destruction, Mercyful Fate, etc.. Ils jouaient tous en Belgique. Nous avions la chance de pouvoir aller voir tous ces mecs, à cent bornes de chez nous.

Tu as voulu faire ça en France…

SB : Et bien, je n’ai pas cherché à le faire en France, je suis Français… Même, si j’ai pensé à m’expatrier pendant un moment. Quand nous sommes allés enregistrer aux États-Unis, pour « Disincarnate » (1991) et « Sublime Dementia » (1993), j’avais d’autres opportunités. Vraiment ! J’aurais pu rester là-bas, faire d’autres choses. Ça fait partie des choses que je peux encore faire, mais il y a plein de pistes. Les pistes, ce sont des rencontres, des gens qui te proposent des choses. Après, je reste conduit par ma passion. Ma passion, c’est partager, je ne fais pas ça pour me mettre en avant.

Ce que tu dis me rappelle ce qui c’est passé ce soir. Le public était là et t’a fait partager à fond ta musique. Et d’ici quelques années, tu seras encore là pour envoyer du bois…

SB : Je ne vais pas te rappeler mon âge qui est canonique (ndlr : Stéphane est né un 13 décembre 1967), mais je fais ça depuis plus de vingt-cinq ans, maintenant. Mon but est de me faire plaisir, tout simplement. Je ne me dis pas : « je vais faire plaisir aux gens ». Si tu fais ça, tu pars perdant ! Tu dois te faire plaisir, mais on sait aussi que c’est un business. Ce n’est pas tout rose, ce n’est pas la fête tout le temps. Il y a d’autres paramètres que plein de gens ne comprennent pas et ne connaissent pas. Et tant mieux, d’ailleurs. Je fais avec, parfois ce n’est pas toujours agréable mais, j’ai la chance de pouvoir faire ça. J’espère le faire bien et surtout de croire en ce que je fait. Je le fais parce que je suis un gros fan de Metal et je le serais toujours !

J’espère pouvoir dire ça dans vingt-cinq ans..

SB : Et bien, tu le diras ! (rires)

Merci à Stéphane Buriez de nous avoir accordé du temps pour nous répondre.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s