Interview avec Yurakane, le 20 juillet 2013 à Sarras (Ardèche)

Publié: 16 août 2013 par metalkouni dans Interviews
Tags:,

Yurakane 3253En marge du festival Rock d’Ay se déroulant à quelques mètres de moi, je parviens à obtenir une interview de Yurakane, formation originaire de Pau, avant leur prestation sur scène (voir notre article sur le Rock d’Ay). Entrevue réalisée sous un tipi, avec le groupe au complet soit : Lokx (chant), Matt (guitare), Kévin (guitare), Johan (basse) et Roderick (batterie).

Tout cela dans une ambiance très détendue. J’ai décidé de l’appeler : l’interview apéro !

Sons Of Metal : Bonsoir tout le monde !

Yurakane (en chœur) : Bonsoir, qui êtes-vous ?

SOM : Je suis Mélissa, de Sons of Metal. Photographe et occasionnellement « interviewer ».

Yurakane (en chœur) : Bonsoir, salut Melissa de Sons !

 SOM : Mais Mike (leur tour manager) ne m’avait pas dit que je devais interviewer une classe de maternelle ?!

Yurakane : Ah ! oula ! Il n’allait pas te gâcher le plaisir non plus ! C’est gentil pour nous.

SOM : Vous avez gagné votre place pour ce soir ici… (référence au tremplin du Rock d’Ay, remporté haut la main par Yurakane, lire notre article ici).

Y : Oui, oui, oui….

SOM : Quelles ont été vos émotions quand vous appris que vous aviez gagné ?

Y :  Super déçus ! Parce qu’on a dû rejouer après…

SOM : Ah ! Donc c’était pas une bonne nouvelle…

Y : Non, non, en fait, c’est qu’on a fait le tremplin sans savoir qu’à la base c’était un tremplin. On nous a invité d’abord pour un concert, après on nous a dit que c’était un tremplin. Que nous avons gagné. On était content d’avoir gagné mais après, on nous a dit : « Bon, Yurakane vous rejouez ! ». Mais là, nous étions moins contents parce que nous étions partis au bar. Et on était beaucoup moins aptes à jouer…

Roderick : Et que j’avais déjà, genre, démonté toute ma batterie.

Matt : Ouais, c’est ça.

Y : Du coup, on a fait un concert minimaliste, mais c’était cool. C’était excellent, super…

SOM : Avez-vous l’intention de refaire des tremplins ? Rejouer dans d’autres concerts, sauf que cette foi-ci, vous allez anticiper ?

Y : Oh, je sais pas, ça dépend des tremplins. Franchement… Déjà, refaire des concerts. Les tremplins ça dépend, on est plus attiré par le concert en lui-même que le tremplin.

(un autre Y) : Et l’apéro, ET L’APERO !

– Et surtout, le concert avant tout,

– Mais s’il y a des concerts pour l’apéro, là par contre…

– Mais s’il y a des tremplins pour l’apéro….

– Et si on peut faire des concerts pour les apéros aussi, ça serait pas mal.

– Et si on peut faire des tremplins pour les apéros ou du Jack, on les fait…

– D’accord !

Yurakane 3260SOM : Quel est votre meilleur souvenir live ?

Y : le Raging Fest, ouais, le Raging Fest. Ah attend, il y a le cabaret aussi.

– Et aussi le tremplin, il y avait une ambiance de ouf. Tout le monde était monté sur scène.

 – Il y avait une ambiance de ouf.

–  C’était kifant à mort.

 – Après, le Raging Fest c’était quand même le plus ouf, c’était chez les grands, donc…

 – Ouais tous les lives sont cools.

 – Mais disons que le plus marquant, c’est le Raging Fest.

– Et le tremplin.

 – Non, pas tous les lives sont  cools, arrêtes tes conneries !

–  Le tremplin Caillette était génial…

– Surtout pour l’apéro…

SOM : En fait, si je comprends bien, il faut faire un apéro et après vous venez jouer ?

: Non, l’inverse !

SOM : Un apéro-concert ?

Y : Nous jouons d’abord et après, c’est l’apéro. Oui, parce qu’on est sérieux (ils ont presque l’air sérieux, on pourrait le croire).

– D’ailleurs, je voudrais faire passer un message aux organisateurs de concerts : il faut nous mettre en première position pour jouer. Parce que jouer à la fin… Après, on peut pas boire. Donc faut nous mettre au début.

– Comme ça on peut jouer… l’apéro… bon anniv… (tous en même temps).

SOM : Quelles sont vos influences ?

Y : Hahaha… alors, Lamb Of God est très influencé par nous.

– Ça j’le sais, les p’tits jeunes commencent, puis ils ont écouté le 1er album de Yurakane, ils ont dit : ouais c’est cool, y’a une brèche. Il y a beaucoup de ressenti sur cet album. Ouais, nos influences sont Lamb of God sur cet album. Principalement. Nous écoutons plusieurs styles mais niveau influences…

– Chacun dans le groupe a des horizons différents.

– C’est le seul groupe où on se rejoint tous. Mais sinon, Lamb Of God, les Rita Mitsouko, Christophe Maé…

– NON !

– Parce que j’aime beaucoup ses textes…

– Non !

– J’aime beaucoup ses textes, j’trouve qu’il a une belle plume…

SOM : Alors après, qu’est-ce qu’évoque pour vous, personnellement, le titre de votre album : The Awakening ?

Y : C’est une bonne question. Ça c’est pas une question à…

– Qu’est-ce que ça évoque personnellement ????!!!!!

(Profond silence de réflexion…. C’est rare mais des fois, ça arrive)

L : En tant que chanteur , avec les textes , ça correspond bien , The Awakening, puisqu’à la base, c’était la prise de conscience. Et aussi que ça suive le fait que je crache ma haine envers une personne et que je me réveille par rapport à ça. Mais ça, c’est à titre personnel.

Y : On fait des concept-album parce que nous sommes intelligents.

– Mais après je pense au niveau du groupe, The Awakening est le 1er album qui a été précédé par une démo qui est vraiment plus dans le même style : « The Call For Revenge » et après, c’est plutôt un réveil, un envol. D’où le papillon sur la pochette.

– Merci Matt pour cette pochette. Et voilà c’est un tout. Il n’y a pas vraiment de trucs personnels sur le titre, c’est vraiment un truc de groupe.

SOM : Le nom du groupe, il vient d’où ?

Y : Bon, le nom du groupe , tu veux quoi comme histoire par rapport au nom du groupe : la véritable histoire ou…

SOM : L’origine du nom, qui a trouvé le nom ? Quelle est son origine et pourquoi ce nom ?

Lokx : En fait, il se trouve que c’est con. Je regardais la 5, chaine française et il y avait un reportage sur les îles Caraïbes qui parlait de la mythologie caribéenne. Il y a le dieu de la destruction et des tornades nommé « Yurakane » qui fait aussi partie de la mythologie Maya. Quand on fait du Metal, c’est super bien d’avoir un nom qui fait méchant, qui parle de la destruction et des tornades. Donc voilà ! J’ai pris mon petit téléphone, j’ai envoyé un texto à tous mes copains et fait : « Ouais Yurakane, ça déboite ». Et ils ont fait : « Ouais ! ». Voilà.

– Sauf que du coup, ça ne s’écrit pas du tout comme ça…

– L’orthographe fut totalement adaptée, modifiée, inventée parce qu’à l’oreille, ça sonnait « ouiracane ». Donc voilà, Yurakane est né d’un reportage sur la 5.

– Parce qu’il était bourré !

– Non, c’était un après-midi (rires). Ouais mais, bon, j’étais bourré…

– Mais rapproche toi (du micro) car je sais pas si on va t’entendre, vindieu !

SOM : Quels sont vos projets ?

Y : Acheter une maison, avec des chiens, des enfants…

– C’est vrai, j’en ai déjà, pas de maison…

– Ben notre projet : faire des conneries, faire découvrir Yurakane à un maximum de gens, amuser les gens, faire plaisir aux gens dans les concerts et voir que les mecs s’éclatent et puis voilà, tourner… Et faire l’apéro (x2) et sortir un nouvel album en 2014 ou un vinyle ou un 72 tours, un T-shirt (rires) et des pin’s parlant : « Salut on est Yurakane, salut on est Yurakane »,  etc.

SOM : Sinon, j’ai vu une vidéo où vous faites écouter votre musique à des personnes du 3ème âge. Qui a eu l’idée, pour quelle intention, pourquoi, comment ?

Y : Je crois qu’à la base on voulait aller dans une maison de retraite, mais on s’est dit que c’était peut-être de trop.

– À la base, on faisait un apéro…

– C’est vrai, on s’est dit : « Tiens, on va tenter de faire quelque chose d’original pour marquer les esprits. On va essayer de se démarquer, pas seulement de la musique ». Puis au bout de quelques bières, on a eu l’idée d’aller faire écouter notre musique à des gens dans la rue et pour la faire écouter, nous avons choisit le marché…

– C’est une population assez typique. On s’est dit : on va faire une confrontation des cultures, essayer de sortir quelque chose de drôle et finalement… Nous, on a pas fait tant que ça. Ce sont surtout les personnes en face qui ont tout fait et je voudrais leur rendre un hommage, même si la moitié est morte aujourd’hui…(rires)

– Et un spécial bisou à l’homme à la chemise de bière !

– Ah ouais… et qui puait la bière d’ailleurs ! Rah ouais, je t’aime toi, j’voudrais tellement que tu sois mon papi…

– Mais il est mort…

– D’une cirrhose…

– D’un problème de ménisque…

– Un boursoufflage, j’ai rien compris…

SOM : Bon, on arrive à la fin. Vous avez un petit mot à dire à vos fans ?

Y : APERO !

– Apéro avec les fans !!!

– Où sont les fans ?

– Je dirai juste : continuez de soutenir les groupes qui se bougent et arrêtez de vous focaliser sur les groupes à une corde.

-(en chœur) : Oh lala, ouh la, mauvais esprit là !

– Et faire juste un bisou à nos potes de CoreDump, CCW, Azyd Azylum…

– À tellement de gens, à Caillette Prod pour nous avoir fait venir ici justement, même si on a remporté le tremplin haut la main, faut l’avouer. À Kazik qui nous fait le son justement…

– Parce qu’on a Matt qui suce super bien.

– Merci à Lamb of God. Continuez les gars, vous allez réussir, vous allez réussir…

– Et on se voit au Hellfest 2014 !

Interview réalisée et retranscrite par Melissa.

Retrouvez les Yurakane sur leur page officielle facebook.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s