Teska – Teska

Publié: 26 juin 2013 par abfors dans Chroniques Albums
Tags:

Genre : Heavy-Thrash / Rock burné © 2013Line up :
Franck : Guitare – Solo
Luc : Basse
Erwann : Batterie
Alain : Guitare rythmique, chœurs
Guillaume : Chant

 

 

1- Fields of Rage
2- My Evil Side
3- Resistenza
4- Colors
5- Ap Tchagui
6- What’s in
7- Hard to Be King
8- Ritual
9- Rising

Vous le savez maintenant, dès que AbFoRs apparait crédité sur une chronique, vous êtes quasi sûr qu’il s’agit d’un groupe breton ou précisément finistérien. Est-ce que je vais vous faire une surprise en vous proposant un groupe parisien ou auvergnat ? Nan, j’y tiens à ma scène locale ! (clin d’œil).
Je vous en ai déjà parlé dans une chronique précédente du potentiel que détient cette scène départementale et dans divers style.
Et bien aujourd’hui c’est dans un style quelque peu différent des autres que je vous présente le groupe morlaisien Teska, qui a déjà de la bouteille puisqu’il fêtait en cette année 2013 leur douzième année d’existence ! On ne peut pas parler d’un style à part entière, entre un Heavy-Thrash assez moderne et un rock catchy et burné avec occasionnellement quelques passages plus progressifs, le tout en devient une musique fédératrice agrémentée par des membres à l’aise avec le public.
C’est le pari réussi de douze années d’expérience de la scène avant de sortir ce premier album éponyme 9 titres qui, comme pour leurs compatriotes de Dysilencia et Ys Theory, est masterisé au Slab Sound Studio qui semble une nouvelle fois proposer un travail différent de ses précédentes collaborations.

Débutons donc la dissection de cet album sobrement intitulé Teska. Un nom de groupe pour le moins léger sous lequel se cache l’acronyme « This Shit Kicks Asses« . Autant dire que le groupe entend bien nous botter méchamment les fesses avec ses compositions à la sauce piquante.
Musicalement assez proche de ce qu’a pu faire Metallica Sur Load et ReLoad avec également de légères influences « Rock Stoner » et « Prog ». Guillaume (chant) n’hésite pas à reprendre de fameuses expressions vocales de James Hetfield, un poil caricaturé mais en restant simple et assez fun. Il est occasionnellement accompagné d’Alain, guitariste rythmique, qui assure les chœurs.
On retrouve donc la recette des albums variés jouant sur les morceaux plus bruts, en attaquant sur « Fields of Rage » avec une sonorité « thrashy », fédérateurs sur « Resistenza » et pour marquer ses influences, deux « power-ballad » : « Colors » et « Ritual », assez réussies. On trouvera également un titre de près de huit minutes, « Rising« , entièrement instrumental dans un esprit stoner plus progressif et qui clôture cet album d’un bel effet.
Le point quelque peu négatif de cet album se trouve au niveau de la production par un chant mis trop en avant et qui a tendance à prendre le dessus sur le reste des instruments, ce qui casse un peu l’harmonie et la dynamique des compositions.
Mais la richesse des compositions font quelque peu oublier ce détail tant la musique est inspirée et variée en étant le moins répétitif possible.

Teska n’est pas du genre à se prendre la tête, en restant avant tout un groupe de potes qui jouent pour leur plaisir et celui du public.
Mais les morceaux semblent plus adaptés en live, catchy et burnés comme mentionné plus haut. Teska y montre une vraie énergie qui est peut-être moins flagrante sur album. Le groupe a pris le temps de réfléchir pour ne pas sortir un album à la vas-vite, prenant d’abord le pied en concert afin d’en adapter pleinement les titres.
Teska a toutes les cartes en mains pour nous proposer dans les meilleurs délais un second album avec peut être de nouvelles influences et si possible en retravaillant sur sa production.
D’ici là, c’est en live que le groupe vous attend public, peut être limité au Finistère pour l’instant, mais ne manquez pas l’occasion si vous souhaitez passer un moment bien pénard sans vous prendre la tête.

Oh Yeayeah !

AbFoRs

http://zikcard.com/teska#

 

Publicités
commentaires
  1. Gwen Kerjan dit :

    Merci pour cette chronique!
    Petite précision tout de même… Seul le mastering a été réalisé au Slab Sound. Tout le reste (enregistrement, mixage…) ont été réalisés par Etienne Clauzel.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s