Deep Purple – Now What ?!

Publié: 9 mai 2013 par Eladan dans Chroniques Albums
Tags:, ,
2013 - earMUSIC

2013 – earMUSIC

Quand les Deep Purple annoncent qu’ils sortent un nouvel album 8 ans après la sortie de Rapture Of The Deep, leur précédent opus, ça fait toujours son petit effet. Et même après 45 ans de carrière, le groupe arrive encore à titiller la curiosité de nombreux auditeurs. Alors qu’en est-il de cette nouvelle galette ?

L’emballage est un ensemble très sobre tout blanc orné de violet, une esthétique très épurée qui n’est pas sans rappeler certaines marques de téléphones. L’intérieur du coffret est tout aussi épuré et il n’y a guère que les photos en noir et blanc du groupe pour venir casser cette bichromie. Maintenant, allons plus loin et insérons ce disque tout aussi sobre que sa pochette dans le lecteur pour découvrir ce qui se cache à l’intérieur.

L’album s’ouvre sur A simple Song, un morceau qui ne manquera pas d’en étonner plus d’un. À l’heure où la plupart attaquent dans le lard dés l’entrée du cd, les Deep Purple se la jouent calmes et posés. Ou tout du moins, cela réussi à durer un bon couplet de façon à installer l’auditeur dans un cocon de douceur. Puis viennent orgue et guitare et l’ambiance change totalement : on revient sur du bon Hard swingant et l’auditeur est pris totalement au dépourvu ; pour son plus grand plaisir bien sûr. Puis l’on enchaîne sur Weirdistan, une chanson dont le thème répétitif se retrouve lancé d’un instrument à l’autre tout au long de la chanson tel un film d’espionnage. Effet renforcé par un grand nombre d’effets sur la guitare et le clavier. On reconnaît bien dans cette chanson la capacité qu’à Deep Purple de faire de superbes instrumentaux avant de penser à mettre du chant dessus. Out Of Hand réussit à introduire un thème proche de Weirdistan tout en se distinguant par ses ambiances très lourdes. Mais la chanson parait un peu brouillon au premier abord, avec des transitions très brusques et une structure qui semble un peu aléatoire. Même si le morceau se laisse écouter agréablement et se rehausse par sa très belle utilisation des sons de « cordes », ce n’est probablement pas la chanson qui restera en tête à la fin de l’album. De plus, vient ensuite Hell To Pay, une association de riffs groovys et de passages aux fortes ambiances associée avec un refrain entraînant et un solo de guitare et de clavier aux petits oignions. Sans doute une des chansons de l’album où la batterie se fait la plus belle place. Bref, nous avons là à faire à l’une des petites bombes de l’album.

On enchaîne sans transition sur Body Line. Vous vous êtes déjà demandé ce que donnerait un morceau de Funk avec de la guitare saturée et de l’orgue ? Deep Purple vous donne la réponse dans ce morceau. On atteint le sommet de la « groovytude » et si vous ne commencez pas à vous déhancher sur ce morceau, c’est que vous être paraplégique ou sourd. Mais dans le second cas, on se demande bien pourquoi vous « écouteriez » ce disque. Les Violets profonds nous ont déjà montré qu’ils aimaient bien surprendre l’auditeur et c’est pour ça que juste après une chanson qui bouge, ils collent un morceau mid-tempo qui oscille entre les passages assez heavy et les moments calmes. Above And Beyond, parce que c’est de cette chanson qu’il s’agit, arrive à rester énergique tout en restant assez calme. Et en parlant de chanson calme, Blood From A Stone arrive juste après et nous montre ce qu’est une power-balade à la Deep Purple. Une voie feutrée sur une grosse basse lancinante et de petits accompagnements de claviers et de guitare, le tout côtoyant un refrain où les envolées de Ian Gilian se voient assaisonnées de gros accords de guitare bien rock ! Uncommon Man commence avec un intro atmosphérique qui ravira vos oreilles pour décompresser après une grosse journée. Ça sent le grand Canyon, les aigles planants et la chevauché épique ! Et puis viennent les trompettes et les guitares. Ça y est, si vous avez un tant soit peu d’imagination, vous êtes déjà en train de visualiser votre film. Votre héros marche vers sa destiné, grand, fier et déterminé. Cinématographique est, je pense, l’un des adjectifs qui colle le mieux à cette chanson. La chanson suivante attira l’œil de tout français qui lira la track-list de l’album. En effet, Après Vous est un titre qui questionnera tout ceux qui parlent la langue de molière. Et… non, la chanson n’est pas dans notre langue natale, grosse déception ! Mais après tout, Après Vous arrive quand même à nous surprendre avec un début chaotique très bien maîtrisé et un refrain qui reste bien en tête, ne serait-ce que pour le « Aprey viouuuuusssss » bien british.

Je vais être assez bref sur la chanson qui suit : All The Time In The World c’est long, c’est plan plan et ça n’apporte rien à l’album. Il n’y a pas d’énergie et dès que l’on sent quelque chose, la chanson vient contredire nos envies. Ou plutôt, cette chanson aurait pu être très bien s’il n’y avait ce refrain lassant et ce solo digne d’une sitcom américaine des années 80. Sur ce, passons à la dernière, et ô tellement alléchante, chanson de l’album. Il s’agit de Vincent Price et ça commence fort avec les grands orgues ! Le groupe nous propose de découvrir ce que donnerait un film de Mr Price (célèbre acteur de films d’horreur des années 60) à la sauce Deep Purple. Et cela donne une chanson très sombre et très heavy, un vrai régal pour tous ces moutons noirs que l’on appellent metaleux !

Deep Purple nous signe donc avec Now What ?! un 19ème album assez écliptique, rempli de petits délices sonores qui se cachent au travers des 11 morceaux de l’album. De plus, la qualité du son est frappante, chaque élément trouve naturellement sa place dans le mixage et le rendu réussi à être très moderne, sans pour autant quitter ce son si particulier à Deep Purple. Une véritable réussite pour la première collaboration entre le groupe et Bob Ezrin.

Même si tout n’est pas du même niveau, cette nouvelle galette requière d’être écoutée et savourée pendant de longues heures afin d’en apprécier tous les détails.

deepPurple

Notons qu’à peine une semaine après sa sortie, le nouveau Deep Purple se classe dans les top 20 d’une grande partie des pays européens :

Allemagne #1

Autriche #1

République Tchèque #1

Suisse # 2

Norvège # 4

Suède # 7

Finlande # 8

Pays-Bas #12

France # 19 (seconde meilleure entrée de la semaine)

Espagne #19

Grande-Bretagne #19 (première entrée dans le Top 20 depuis 20 ans !)

Deep Purple – Now What ?! : Sortie le 29 avril 2013, earMUSIC

Retrouvez Deep Purple en live :

  • 25 juillet – Montecarlo / Sporting
  • 13 août – Colmar / Foire aux Vins
  • 20 octobre – Paris / Le Zénith

Eladan

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s