Ill Niño + Ektomorf + Fhobi @ La Maroquinerie [Paris – 29/03/2013]

Publié: 5 avril 2013 par Eladan dans Lives Reports
Tags:, , , ,

Vendredi dernier, à la Maroquinerie, soufflait une brise latino et ce n’était pas pour déplaire à la file de metaleux qui se massait dans le froid et la bonne humeur devant l’entrée de la salle. En effet, Ill Niño de passage à Paris, ce n’est pas tous les jours que ça arrive !

Quand les portes s’ouvrent, c’est avec surprise que l’on découvre une affichette nous annonçant trois groupes au lieu des deux prévus initialement. Fhobi est venu se rajouter à l’affiche et c’est à eux que revient l’honneur d’ouvrir le bal.

Fhobi

Fhobi @ La MaroquineriePour tout dire, ce fut une découverte totale. Ne sachant pas qu’ils jouaient ce soir-là je n’avais aucune idée de qui ils étaient. La première chose qui saute aux yeux, c’est le chanteur dont la moitié du visage est recouverte de tatouages tribaux. Vient ensuite la découverte de la musique : un mélange bien énergique entre un métal bien brutal et de « petits rythmes latinos » comme dirait un batteur de ma connaissance. Il devient très vite évident que la basse occupe une place très importante dans la musique de Fhobi et si je devais décrire leur bassiste, le premier adjectif qui me vient à l’esprit est « Brute de technique ».

Fhobi était déjà une surprise par sa présence mais l’on est de nouveau pris par surprise quand le chanteur nous explique dans un Français impeccable et sans accent qu’ils sont de retour d’Amérique du sud. Des Français ? Un rapide tour dans la biographie du groupe m’apprendra qu’il s’agit d’un concept-band dont le nom complet est « Feos Hijos O Buenos Inmortales » (« Mauvais fils ou bons immortels ») monté autour de Fabian, le chanteur, et de son histoire apparemment tourmentée en Uruguay. Pas de Français à l’horizon donc, mais un groupe qui communique avec le public dans sa langue natale.

Si le projet à l’air bien monté et délivre une bonne musique, le chant mériterait sans doute un peu plus de travail et moins de répétitivité. Mais cela n’empêche en rien de profiter de la musique du groupe et ce n’est pas ce petit point d’appréciation personnel qui m’empêchera de dire que le groupe a très bien joué et mérite largement le détour.

Setlist :

  • Intro
  • Contencion
  • Nunca Mas
  • Rio De Janeiro
  • Puto
  • Un Poco
  • Me Gustaria
  • Machitun
  • Wakala

Fhobi @ La Maroquinerie Fhobi @ La Maroquinerie Fhobi @ La Maroquinerie

Ektomorf

Ektomorf @ La MaroquinerieMalgré ce que peuvent penser les plus jeunes d’entre vous à la lecture de ce nom, non, il ne s’agit pas d’un pokémon qui monte sur scène mais bien des musiciens tout à fait humains. Un de leurs fans m’apprend pendant le changement de plateau que le groupe est originaire de Hongrie et que leurs premiers albums étaient en hongrois. Ils sont visiblement très attendus.

Ektomorf c’est quoi ? Ce sont deux guitaristes, un bassiste et un batteur qui envoient du bois à mach 2 minimum. Leur musique est simple et incisive : de gros riffs et une voie rocailleuse à souhait. Ajoutez à cela quelques passages ambiants (très peu et très courts), de temps en temps quelques riffs traditionnels et vous obtiendrez Ektomorf.

Sur scène le groupe est bien rodé et très dynamique, n’hésitant pas à faire sauter le public avec eux notamment sur I Choke où le premier rang était bien déchaîné. L’on a même eu le droit aux premiers slams de la soirée.

Une très bonne découverte donc.

Setlist :

  • Black Flag
  • Unscarred
  • The Cross
  • Redemption
  • I’m In Hate
  • Last Fight
  • Sick Love
  • War Is My Way
  • Gipsy
  • Show Your Fist
  • Fuck You All
  • I Choke
  • Outcast

Ektomorf @ La Maroquinerie Ektomorf @ La Maroquinerie Ektomorf @ La Maroquinerie Ektomorf @ La Maroquinerie Ektomorf @ La Maroquinerie

Ill Niño

Ill Niño @ La MaroquinerieAprès changement de plateau assez long, ce sont enfin les Ill Niño qui montent sur scène. Le public se serre contre la scène et il devient assez vite difficile pour les photographes de tirer le moindre cliché. Les Parisiens les attendaient et ils ne seront pas déçus ! Le groupe est en pleine forme et nous montre que leur musique est aussi bonne en live qu’elle ne l’est sur l’album.

Et le public est au rendez-vous : pogos et slams s’enchaînent quasiment sans discontinuer. La salle est d’ailleurs quasiment comble.

Sur scène, les musiciens nous délivrent un show rempli d’énergie. Les percussionnistes nous montrent leur bonheur d’être parmi nous à coup de grands sourires, bassiste et guitaristes ne restent pas en retrait et ont une très bonne prestance scénique. Il n’y a au final que Cristián, chanteur du groupe, qui me semble un peu moins dans le concert. Mais cette impression est en contradiction avec ses performances vocales : une voie énergique et magnifiquement bien maîtrisée ! Le public était déjà acquis au groupe mais les fans redoublent d’énergie après que ce dernier ait joué sur la fibre patriotique en nous racontant qu’il avait passé deux semaines géniales à Paris l’an dernier.

Décrire Ill Niño comme du gros son bourrin serait un peu réducteur et je me dois donc de noter que le groupe tient aussi à nous emmener dans diverses ambiances, n’hésitant pas à utiliser une guitare acoustique sur scène et le public se laisse prendre à cette musique exotique et peu commune dans le milieu.

La fin du set arrive trop vite au goût de certains mais le groupe ne nous laisse pas sur notre faim et nous gratifie d’un rappel avec solos de batterie et de percussions, oui, vous savez ces moments où un batteur nous montre toute l’étendue de sa technique et qui au final ne sert pas souvent à grand-chose. Et bien cette fois-ci nous avons pu voir la complémentarité des deux percussionnistes et je peux vous dire que ce n’est pas rien !

S’en suivent How Can I Live puis Liar, une chanson sur laquelle Cristián nous demande de fermer les yeux et d’écouter. Pendant quelques instants, nous sommes transportés. Ce fut un très beau moment.

Setlist :

  • If You Still Hate Me
  • God Save Us
  • Te Amo… I Hate You
  • This Is War
  • I Am Loco
  • Corazone Of Mine
  • Eva
  • La Epidemia
  • When It Cut
  • What Comes Around
  • Lifeless Life
  • The Alibi Of Tyrans

(Rappel)

  • How Can I Live
  • Liar

 Ill Niño @ La Maroquinerie Ill Niño @ La Maroquinerie Ill Niño @ La Maroquinerie  Ill Niño @ La Maroquinerie

Ill Niño @ La Maroquinerie Ill Niño @ La Maroquinerie

La soirée touche à sa fin et il est temps de retourner au métro. Sur le chemin, je croiserais quelques metaleux ayant comme moi, encore le sourire aux lèvres et la tête bouillonnante de très bons souvenirs de cette soirée.

Un grand merci à Speakeasy d’organiser ces soirées et de faire passer des groupes de cette trempe par les rues de la capitale.

ELADAN

Eladan

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s