Alestorm + Ex Deo + Lagerstein @ Le Glazart [Paris – 11/03/2013]

Publié: 13 mars 2013 par Eladan dans Lives Reports
Tags:, , , ,

Lundi dernier, c’était le retour du froid et de la grisaille sur Paris. Mais peu importe, c’était surtout le passage d’Alestorm, Ex Deo et Lagerstein, une affiche fortement alléchante qui n’a pas manqué de retenir mon attention.

Note : Pour cause de problèmes techniques, pas de photos sur ce report, désolé.

Le Glazart, une salle à l'allure de squatte

Le Glazart, une salle à l’allure de squatte

  Les trois groupes nous ont donné rendez-vous au Glazart, une salle que je ne connaissais pas et qui m’a fortement surpris. Comment la décrire ? Un espèce de gros pré-fabriqué entièrement tagué situé en périphérique de la capitale. Bon, de l’extérieur ça ne paye pas de mine et on dirait plutôt un gros squat mais très vite c’est une file assez importante qui attend, presque sagement, devant l’entrée de la salle : preuve que l’on ne s’est pas trompé d’adresse !

Une fois à l’intérieur, c’est une petite salle que je découvre avec étonnement par rapport aux groupes qui sont censés y passer ce soir là. La grosse batterie d’Alestorm occupe la moitié de la scène, laissant peu de place aux autres musiciens.

Lagestein

Lagerstein

C’est Lagerstein qui entame la soirée. Première constatation : le son est immonde. La première chanson est un duo entre le batteur et le claviériste. On voit bien que les autres instrumentistes jouent, mais ils brassent de l’air plus qu’ils ne sortent de son. Pour la suite du set, le clavier sera baissé et nous auront le droit d’entendre la basse. C’est déjà mieux mais nous sommes encore loin d’entendre les guitares.

Le groupe à l’air à l’aise sur scène, sans doute loin de se douter de la qualité du son en façade. Déguisés en pirates, les Lagerstein nous délivrent un pagan de qualité devant un public qui fait fi de la qualité sonore et accueille les Australiens à grand coup de cris et de bras levés. C’est après seulement 5 chansons que le groupe quitte la scène. Une première partie courte donc, mais qui a su donner envie d’aller écouter leur musique plus en détails.

Au tour des Canadiens de Ex Deo de monter sur scène maintenant.

Ex Deo

Ex-Deo

Ex Deo, tel une galère romaine, écrase tout sur son passage

Ex Deo, tel une galère romaine, écrase tout sur son passage

Vous souvenez vous de vos albums d’Asterix, lorsque les pirates se font « abordés » par les galères romaines ? Et bien c’est un petit peu à cela que l’on a assisté ce soir. Habillés en légionnaires romains, les Ex Deo mettent la barre très haute avec leur death tranchant et violent à souhait. Oubliés les problèmes de mixages : même si l’on est loin d’avoir un son parfait, c’est déjà nettement mieux et équilibré. Les compositions sont millimétrées et nous avons l’impression qu’une légion romaine nous passe sur le corps. Le public ne reste pas de marbre et les slams et autres mouvements de foule ne se font pas attendre. Le groupe termine après une petite demi-heure de set sur Romulus, une chanson qui prend une très grosse ampleur en live et sur laquelle les fans n’ont pas chaumé pour chanter les paroles de tout leur cœur.

Même si certains irrésistibles fans de Pagan ont dû se demander ce que venait faire ce groupe dans la soirée, Ex Deo a sans aucun doute conquit Lutèce ce soir là.

Alestorm

Alestorm

Après 20 longues minutes de changement de plateau, c’est au tour d’Alestorm de partir à l’abordage du Glazart. On sent bien que c’est la tête d’affiche et les fans se sont massés devant la petite scène.

Le groupe démarre sur une intro tournant à la techno avant d’entamer… heu… une chanson mais comme on entend que la batterie et le clavier (encore une fois !), il est difficile de savoir de quel titre il s’agit. Ça n’empêche pas les fans de profiter de la soirée et de s’amuser sur la musique d’Alestorm. Il y a un très fort potentiel mais qui est gâché par la médiocrité du son. Les cœurs sont mixés plus fort que le chant principal que l’on peine à entendre. Les guitares sont absentes et la basse peu audible. Il ne reste que le clavier et la batterie dans ce mixage. On a un peu l’impression d’écouter un St Anger avec de l’accordéon au bout d’un moment.

Les écossais se démènent sur scène et assurent le show à grand coup de headbang. Christopher Bowes nous livre son chant de pirate avec une belle aisance et permet une bonne cohésion avec le public. Et ce dernier le lui rend bien à grand coup de bras levés et de cris en rythme sur les compositions du groupe.

Bref, ce show aurait pu être énorme si le mixage du concert  n’avait pas été aussi déplorable.

C’est donc un peu remonté que j’ai quitté ce concert. Malgré de bons groupes, la soirée est restée médiocre pour les groupes de pagan et le spectateur à un peu l’impression de s’être fait avoir sur le prix du billet.

Bon, rendons à César ce qui est à César : cette soirée aura au moins été l’occasion de voir Ex Deo en concert, ce qui reste une grosse claque et les fans de Lagerstein et d’Alestorm connaissant par cœur les compositions des groupes auront passé une excellente soirée en compagnie de leur idoles.

Nous espérons fortement revoir rapidement des dates avec de bons groupes comme ça dans la capitale (mais dans de meilleurs conditions s’il vous plait, merci ;D ).

Eladan

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s